La course au nucléaire de la Corée du Nord en quelques dates clés

15/09/17 à 13:53 - Mise à jour à 13:53

Source: Afp

Pour la deuxième fois en moins d'un mois, la Corée du Nord a tiré vendredi un missile balistique au-dessus du Japon, atteignant une distance inédite.

La course au nucléaire de la Corée du Nord en quelques dates clés

© Getty Images

Rappel des étapes clés des programmes balistique et nucléaire nord-coréens :

- Les débuts, à la fin des années 1970 -

Le Nord commence à travailler à la fin des années 1970 sur une version du missile soviétique Scud-B (portée de 300 km), avec un premier test en 1984.

Entre 1987 et 1992, Pyongyang développe des missiles à longue portée dont le Taepodong-1 (2.500 km) et le Taepodong-2 (6.700 km).

En 1989, des photos satellite américaines dévoilent l'existence d'un centre nucléaire à Yongbyon, au nord de Pyongyang.

- 1994 : accord avec Washington -

En octobre 1994, accord bilatéral entre les Etats-Unis et la Corée du Nord, qui s'engage à démanteler son programme nucléaire militaire en échange de la construction de réacteurs civils. Cet accord intervient trois mois après le décès de Kim Il-Sung, remplacé par son fils, Kim Jong-Il.

Fin 2002, Washington accuse Pyongyang de conduire un programme secret d'uranium hautement enrichi. La Corée du Nord expulse les inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) puis se retire du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP).

- 2006 : premier essai -

En mars 2005, Pyongyang met fin au moratoire sur les missiles longue portée et le 9 octobre 2006, mène son premier essai nucléaire. Le Conseil de sécurité de l'ONU vote des sanctions économiques et commerciales, qui seront élargies et renforcées à plusieurs reprises.

En février 2007, Pyongyang accepte de démanteler son programme nucléaire et d'accueillir des inspecteurs de l'AIEA, en échange d'un million de tonnes de carburant et de son retrait de la liste des États qualifiés de terroristes par Washington.

- 2009 : nouvelle rupture, 2e essai -

En avril 2009, Pyongyang quitte les négociations à Six (les deux Corée, Chine, Russie, États-Unis, Japon) entamées en août 2003 puis réactive son programme nucléaire. Le 25 mai, deuxième essai nucléaire souterrain.

En décembre 2011, Kim Jong-Un succède à son père. Un troisième test nucléaire est mené en février 2013.

- 2016 : ogive miniaturisée -

Le 6 janvier, quatrième essai nucléaire souterrain. La Corée du Nord affirme avoir testé une bombe à hydrogène, ce qui est mis en doute par les spécialistes.

En août, pour la première fois, le Nord tire directement un missile balistique dans la zone économique maritime du Japon. Le 9 septembre, les autorités annoncent avoir réalisé leur cinquième essai nucléaire portant sur une ogive miniaturisée susceptible d'équiper un missile.

- 2017 : une portée inédite -

En juillet, le Nord tire deux missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) qui semblent mettre à sa portée une bonne partie du continent américain.

Le président américain Donald Trump menace d'envoyer "le feu et la colère" sur le Nord, Pyongyang riposte le 29 août en tirant un missile balistique au-dessus du Japon.

Le 3 septembre, sixième essai nucléaire, de loin le plus puissant et qui concerne selon les autorités nord-coréennes une bombe H suffisamment petite pour équiper un missile.

Le 15 septembre, moins d'une semaine après l'adoption par l'ONU d'une huitième série de sanctions, Pyongyang tire un missile balistique au-dessus du Japon, sur une distance de 3.700 km, selon Séoul.

Nos partenaires