Japon : l'Europe parle de "véritable catastrophe" nucléaire

16/03/11 à 17:22 - Mise à jour à 17:22

Source: Le Vif

Le commissaire européen à l'Energie Günther Oettinger s'est de nouveau dit très préoccupé mercredi par la situation dans le centrale nucléaire japonaise de Fukushima, parlant de "véritable catastrophe" et réaffirmant que la situation n'était plus sous contrôle à ses yeux.

Japon : l'Europe parle de "véritable catastrophe" nucléaire

© EPA/ASAHI SHIMBUN

"On peut dire que cette installation n'est plus maîtrisée, on ne la contrôle plus", a jugé M. Oettinger devant une commission du Parlement européen à Bruxelles, après avoir déjà la veille parlé d'"apocalypse" au Japon.

"Les Japonais travaillent avec des pompes à incendie, on essaie de jeter de l'eau avec des hydravions, on ne sait plus comment se tirer d'affaire", a-t-il ajouté, "c'est une véritable catastrophe et on réagit par à-coups".

La situation restait critique mercredi à la centrale de Fukushima, où les autorités japonaises luttent pour prévenir une catastrophe nucléaire majeure. Après deux nouveaux incendies dans les réacteurs 3 et 4, la radioactivité mesurée à l'entrée de la centrale a augmenté fortement avant de baisser ensuite.

Le point sur la situation des réacteurs de Fukushima

Quatre réacteurs de la centrale de Fukushima 1 sont gravement accidentés à cause d'un arrêt de leur système de refroidissement, après le plus puissant séisme jamais enregistré au Japon, et du tsunami qui a suivi.L'utilisation d'eau de mer non traitée pour tenter de refroidir les réacteurs 1 à 3 rend impossible leur remise en service à l'avenir.

REACTEUR 1: Le coeur a partiellement fondu. Pour abaisser la pression dans le bâtiment du réacteur, l'opérateur Tokyo Power Electric (Tepco) a procédé samedi à un rejet d'hydrogène dans l'atmosphère qui a provoqué une explosion. Le toit du bâtiment s'est effondré, mais l'enceinte de confinement de ce réacteur serait intacte.

REACTEUR 2: Le coeur a partiellement fondu. Explosion d'hydrogène mardi à l'aube dans le bâtiment du réacteur. Une piscine de rétention située à l'intérieur de l'enceinte de confinement est endommagée. L'étendue des dégâts, notamment sur l'étanchéité de l'enceinte de confinement, reste incertaine.

REACTEUR 3: Fusion partielle du coeur. Explosion d'hydrogène lundi provoquée par un relâchement de pression dans le bâtiment du réacteur. Le toit et certaines parois du bâtiment extérieur sont soufflés. L'enceinte de confinement a peut-être été endommagée.

REACTEUR 4: Explosion mardi dans ce réacteur à l'arrêt pour maintenance au moment du séisme. Un incendie se déclare au niveau de la piscine d'entreposage du combustible usé. Il est éteint par l'armée américaine. Une partie du combustible n'est plus recouverte et les autorités essayent de le remettre sous l'eau pour empêcher des rejets radioactifs dans l'atmosphère. Un deuxième incendie se déclare mercredi à l'aube avant de s'éteindre de lui-même. Un hélicoptère est déployé pour verser de l'eau sur ce réacteur, mais l'opération a dû être interrompue à cause d'un niveau de radiation trop élevé. Une nouvelle tentative sera faite avec un canon à eau.

REACTEURS 5 ET 6: Une légère hausse de température a été mesurée mardi dans ces deux réacteurs éloignés des réacteurs 1 à 4, et qui étaient à l'arrêt pour maintenance au moment du séisme.

Levif.be avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires