Incendies maîtrisés au Portugal et dans le sud de la France, où le vent menace

11/08/16 à 13:55 - Mise à jour à 13:54

Source: Afp

La situation sur le front des incendies qui ont fait trois morts sur l'archipel portugais de Madère et sept blessés dans le sud de la France était maîtrisée jeudi dans les deux pays mais les autorités françaises craignaient une reprise des feux à la merci de vents violents.

Incendies maîtrisés au Portugal et dans le sud de la France, où le vent menace

© Belga

Collines charbonneuses, véhicules calcinés, maisons brûlées... Les incendies ont été arrêtés in extremis aux portes de Marseille, deuxième ville française. Quelque 3.300 hectares de végétation sont partis en fumée.

Dans la région, trois riverains et quatre pompiers ont été blessés depuis mercredi, dont certains très grièvement, et plusieurs centaines de personnes ont été évacuées de leur domicile.

Sous contrôle en milieu de journée, les feux étaient néanmoins à la merci de vents violents annoncés dans la journée. Le trafic aérien était par ailleurs toujours perturbé.

"Des vents violents exposent aux risques de reprises", a souligné un responsable de la préfecture (représentant de l'Etat), Jean Rampon, pour qui la sécheresse de la végétation est "sujet de préoccupation".

Au petit matin jeudi, des fumées et des flammes étaient à nouveau visibles en direction de Marseille et les Canadair reprenaient leurs rotations, a constaté un photographe de l'AFP.

Des sapeurs pompiers" sont venus "de toute la France" pour prêter main forte aux 1.800 soldats du feu déjà déployés, a souligné jeudi le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. Au total, quelque 2.500 pompiers étaient sur le terrain ainsi qu'une centaine de policiers et gendarmes.

Environ 2.500 hectares ont brûlé près de Marseille et 800 dans la zone portuaire de Fos-sur-Mer, a précisé M. Rampon à l'AFP. "Nous évaluons les dégâts", a-t-il ajouté.

La ville de Vitrolles a payé le plus lourd tribut avec 1.600 hectares ravagés et 300 personnes hébergées dans des gymnases pour la nuit.

Les incendies sont fréquents l'été dans le sud-est de la France, une région aride parsemée de pins et de garrigues, souvent balayée par le Mistral, un vent de terre parfois violent. Mais il est plus rare que les feux menacent de si près les agglomérations.

Dans la région de Marseille, les secours n'avaient pas connu cette situation "depuis longtemps", ont souligné les pompiers. En juillet 2009, un grave incendie s'était propagé jusqu'aux quartiers sud de la ville, arrivant tout près d'immeubles d'habitations.

- Nuage de fumée -

Au Portugal, les rues de Funchal, pittoresque capitale de l'archipel de Madère, n'ont elles aussi pas été épargnées par les flammes. Les feux qui faisaient rage depuis lundi sur la "perle de l'Atlantique", haut lieu du tourisme portugais, ont fait trois morts et deux blessés grave avant d'être finalement maîtrisés dans la nuit de mercredi à jeudi.

A Funchal, les pompiers se sont battus toute la nuit pour protéger le centre historique, nappé d'un immense nuage de fumée grise. Un millier de personnes, dont des touristes étrangers, ont été évacuées.

Selon un bilan établi par le gouvernement régional, "plus de 150 maisons" ont été rendues inhabitables par les flammes, qui ont également détruit un hôtel situé sur les hauteurs de la ville.

D'après les autorités locales, l'ampleur de cette "catastrophe naturelle" s'explique par des conditions météorologiques particulièrement défavorables. "Nous avons enregistré des températures supérieures à 38 degrés, ce qui ne se produisait pas depuis 1976, un taux d'humidité de 10% et des rafales de vent de 90 km/h", a fait valoir la responsable du gouvernement régional en charge de la protection civile, Rubina Leal.

Dans le nord du territoire continental portugais, en proie à d'importants feux de forêt depuis le week-end dernier, quelque 1.800 pompiers continuaient de combattre jeudi matin une dizaine d'incendies majeurs.

Lisbonne a demandé de l'aide à l'Europe en activant le Mécanisme européen de protection civile et obtenu l'envoi d'un avion bombardier d'eau italien, qui viendra s'ajouter à deux appareils espagnols déjà à l'oeuvre dans le cadre d'un accord bilatéral.

Le Maroc s'est dit prêt à céder deux avions Canadair supplémentaires.

Nos partenaires