France : Sarkozy à la rescousse de Claude Guéant, accusé de xénophobie

06/02/12 à 19:49 - Mise à jour à 19:49

Source: Le Vif

Le président français Nicolas Sarkozy a défendu ce lundi son ministre de l'Intérieur Claude Guéant, accusé de xénophobie par l'opposition après avoir déclaré que "toutes les civilisations ne se valent pas".

France : Sarkozy à la rescousse de Claude Guéant, accusé de xénophobie

© AFP

"Nous sommes dans une de ces polémiques ridicules dont le seul milieu politique sait en donner l'illustration", déclare le chef de l'Etat français dans un entretien enregistré ce lundi après-midi et diffusé dans la soirée sur les chaînes France 2 et ZDF.

"Le ministre de l'Intérieur a dit qu'une civilisation, un régime, une société qui n'accordaient pas la même place et les mêmes droits à des hommes et à des femmes, ça n'avait pas la même valeur", poursuit M. Sarkozy, ajoutant: "c'est du bon sens".

Lors d'un colloque samedi devant des étudiants de droite, le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, a jugé que "toutes les civilisations ne se valent pas" et a appelé à "protéger notre civilisation".

"Contrairement à ce que dit l'idéologie relativiste de gauche, pour nous, toutes les civilisations ne se valent pas", a déclaré le ministre également chargé de l'Immigration. "Celles qui défendent l'humanité nous paraissent plus avancées que celles qui la nient", a-t-il argumenté. "Celles qui défendent la liberté, l'égalité et la fraternité, nous paraissent supérieures à celles qui acceptent la tyrannie, la minorité des femmes, la haine sociale ou ethnique".

"En tout état de cause, nous devons protéger notre civilisation", a conclu M. Guéant.

Les propos du ministre de l'Intérieur ont suscité un torrent de critiques de l'opposition. Le candidat socialiste à la présidentielle François Hollande a jugé que M. Guéant "ferait mieux de s'occuper de la société plutôt que de faire des phrases sur la civilisation".

Des membres de la majorité présidentielle, dont le chef de la diplomatie Alain Juppé, ont soutenu M. Guéant tout en admettant que le mot "civilisation" n'était pas le plus heureux.

Levif.be, avec Belga

Nos partenaires