Live Charlie Hebdo: Des millions de personnes à la marche républicaine

07/01/15 à 12:28 - Mise à jour à 12/01/15 à 07:16

Alors que 700.000 personnes ont défilé en province samedi, une marche républicaine historique et gigantesque s'est élancée depuis la place de la République, à Paris, ce dimanche, pour rendre hommage aux victimes des attentats. Les dirigeants d'une cinquantaine de pays étaient présents.

Charlie Hebdo: Des millions de personnes à la marche républicaine

Les gens sont déjà nombreux dans les rues à 3 heures du début de la marche républicaine de ce dimanche. © BELGAIMAGE/Gerard Julien

  • Marie Gathon

    Netanyahu "remercie" l'employé musulman du supermarché casher de Paris

    Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a "remercié" dimanche Lassana Bathily, l'employé musulman du supermarché casher de Paris qui a sauvé vendredi la vie à plusieurs clients du magasin en les aidant à se cacher du preneur d'otages Amedy Coulibaly.

    Dans un discours à la Grande synagogue de Paris, le chef du gouvernement de l'État hébreu a également salué "la position très ferme" et la "détermination" du président français François Hollande et du Premier ministre Manuel Valls - venus rendre hommage aux victimes à la synagogue - "contre le nouvel antisémitisme et le terrorisme".

    Dans cette allocution en hébreu, Benjamin Netanyahu a dit vouloir "remercier" Lassana Bathily, l'employé musulman d'origine malienne du supermarché casher qui a sauvé des clients de ce magasin de la Porte de Vincennes, dans l'est de Paris, en les cachant. Quatre juifs ont trouvé la mort dans cette prise d'otages. Dix-sept personnes au total ont été tuées en trois jours à Paris. "Notre ennemi commun c'est l'islam radical, extrémiste, pas l'islam normal", a-t-il remarqué. Avant d'ajouter, dans la langue de Molière cette fois: "Ça, c'est la vérité!" Citant plusieurs organisations islamistes, dont le groupe État islamique, le front Al Nosra, Boko Haram, le Hamas et le Hezbollah, Benjamin Netanyahu a souligné qu'elles étaient selon lui "toutes des branches du même arbre", "même si elles mènent des guerres parfois terribles entre elles".

    "Lorsque nous nous défendons, nous défendons l'ensemble des valeurs de l'Occident", a-t-il martelé, soulignant qu'"Israël est au côté de l'Europe". Le chef du gouvernement israélien a également fait valoir auprès des juifs français rassemblés à la grande synagogue qu'ils avaient le droit "de vivre en sécurité" dans "chaque endroit" où ils "choisiraient" de vivre, "en particulier en France".

    Mais il a immédiatement insisté sur le fait que "tous les juifs et toutes les juives qui souhaiteraient émigrer en Israël ser(aie)nt accueillis à bras ouverts, avec toute notre chaleur".

  • Marie Gathon

    Le musée de la presse d'Amsterdam consacre une exposition à Charlie Hebdo

    Le musée de la presse d'Amsterdam accueille, jusqu'à la fin du mois de janvier, une exposition consacrée à l'hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo, dont la rédaction a été décimée le mercredi 7 janvier dans l'attentat le plus meurtrier de France depuis plus de 50 ans. Les dessins de presse exposés sont accompagnés de caricatures réalisées par des dessinateurs néerlandais en hommage à leurs collègues tués la semaine dernière par les frères Kouachi.

    L'exposition, qui s'inscrit dans la continuité d'une autre exposition actuellement proposée au musée néerlandais de la presse sur le mariage du journalisme et de la bande dessinée, retrace les cinquante ans d'existence de Charlie Hebdo à travers les Unes du journal satirique. "Il existe dans les pays voisins, comme la France et la Belgique, une culture forte et dynamique du dessin satirique", estime le directeur du musée Niels Beugeling, selon qui cette tradition n'est pas aussi marquée aux Pays-Bas en raison d'un climat socio-politique "plus tranquille". L'exposition intitulée "Hommage à Charlie Hebdo" a ouvert dimanche et sera visible jusqu'au 31 janvier inclus.

  • Marie Gathon

    Plus grande mobilisation jamais recensée dans l'histoire de France

    Au moins 3,7 millions de personnes ont manifesté dimanche en France contre le terrorisme, après les attentats meurtriers des derniers jours à Paris, un chiffre qui représente la plus grande mobilisation jamais recensée dans le pays, a annoncé à l'AFP le ministère de l'Intérieur.

    Plus de 2,5 millions de manifestants ont été décomptés dans les différentes villes de province. A Paris, ils étaient entre 1,2 et 1,6 million, mais le comptage précis a été rendu impossible par l'affluence exceptionnellement massive, a ajouté le ministère.

    A Paris ce dimanche.

    A Paris ce dimanche. © Reuters

  • Marie Gathon

    De nombreux Belges, connus et anonymes, à la "marche républicaine"

    De nombreux Belges - hommes politiques, syndicalistes ou simples citoyens - ont rallié Paris dimanche pour participer à la "marche républicaine" organisée à la suite des attentats qui ont frappé la France la semaine dernière.

    Dès 08H30, le quai Thalys de la gare du Midi était particulièrement bondé. Parmi les passagers figurait notamment le ministre Jan Jambon, qui se rendait à une réunion des ministres de l'Intérieur organisée à l'initiative de son homologue français Bernard Cazeneuve.

    De nombreux anonymes étaient également présents, la plupart affichant des slogans de solidarité envers les victimes des attentats commis la semaine passée en France, dont le désormais célébrissime "Je Suis Charlie".

    Côté politique, outre le Premier ministre Charles Michel, qui a ouvert la marche en compagnie du président français François Hollande et d'une cinquantaine de chefs d'Etat et de gouvernement, le ministre-président wallon Paul Magnette était présent dès la mi-journée au lieu de départ du cortège, place de la République. Il a souligné sur Twitter "l'atmosphère de grande gravité" qui y régnait.

    La délégation MR, dans laquelle figurait notamment le bourgmestre d'Etterbeek Vincent De Wolf, était emmenée par le ministre des Pensions Daniel Bacquelaine et le député wallon Jean-Luc Crucke.

    Le président du cdH Benoit Lutgen avait également fait le déplacement. Il était accompagné, entre autres, par la ministre francophone de l'Enseignement Joëlle Milquet. "C'est un moment d'émotion, de partage. C'est l'expression de la puissance et de la force des valeurs fondamentales et universelles que sont la liberté, la liberté d'expression, la tolérance, la lutte contre toutes les formes de racisme, de xénophobie,... C'est aussi un rassemblement de citoyens venus de toute l'Europe, de convictions et générations différentes. C'est la plus belle réponse aux actes barbares de cette semaine. C'est le plus bel hommage que l'on pouvait rendre aux victimes. Tous ensemble, nous devons agir pour lutter contre le terrorisme", a souligné M. Lutgen dans un communiqué.

    Ecolo était représenté par la députée bruxelloise Isabelle Durant. Côté flamand, le ministre de l'Economie Kris Peeters et son président de parti Wouter Beke faisaient également partie du cortège.

    Parmi d'autres personnalités belges ayant rallié Paris ce dimanche figurait notamment le secrétaire général de la fédération européenne des journalistes Ricardo Gutiérrez.

    Charles Michel à Paris.

    Charles Michel à Paris. © Belga

  • Kevin Dochain

    Le Maroc pas représenté à la marche en raison de caricatures du prophète dans le défilé

    Le ministre des Affaires étrangères marocain, Salaheddine Mezouar, n'a finalement pas pris part à la marche contre le terrorisme dimanche à Paris "en raison de la présence de caricatures blasphématoires" du prophète dans le défilé, selon un communiqué officiel diffusé par l'ambassade marocaine.

    "La délégation marocaine a présenté dimanche à l'Élysée les sincères condoléances du Royaume du Maroc" à la France, mais "n'a pas pris part à la marche organisée à Paris en raison de la présence de caricatures blasphématoires du prophète", selon le texte.

  • Kevin Dochain

    1,5 million selon les organisateurs, décompte impossible selon l'Intérieur

    La décompte officiel du nombre de personnes présentes dans les rues de Paris pour participer à la marche républicaine en hommage aux victimes des attentats terroristes de ces derniers jours dans la capitale, est impossible tellement la foule est abondante, a annoncé dimanche le ministère de l'Intérieur français, selon plusieurs médias français.

    Les organisateurs estiment néanmoins le nombre de manifestants présents entre 1,3 et 1,5 million. Par ailleurs, selon l'AFP, plus d'un million de personnes ont défilé dans un grand nombre de villes de province contre le terrorisme. Entre 150.000 et 200.000 personnes à Lyon (centre-est), 115.000 à Rennes (ouest), au moins 100.000 à Bordeaux (sud-ouest), et dans le sud 60.000 à Marseille et 40.000 à Perpignan.

  • Kevin Dochain

    L'épouse de Chérif Kouachi "condamne" ses actes

    La femme de Chérif Kouachi, un des deux tueurs de Charlie Hebdo, "a condamné les actes de son époux", a affirmé dimanche à l'AFP l'un de ses avocats, Me Christian Saint-Palais.

    La jeune femme a été libérée après 72 heures de garde à vue, lors de laquelle elle a "exprimé son indignation et sa condamnation de la violence". Elle a également exprimé "sa pensée pour les victimes" et a eu "la même réaction que la communauté nationale", a précisé l'avocat, rencontré lors de la marche à la mémoire des victimes.

    Selon lui, la jeune femme n'avait jamais décelé chez son mari de signe laissant présager qu'il allait ainsi passer à l'action terroriste. Elle était "stupéfaite", a-t-il assuré.

  • Kevin Dochain

    20.000 personnes à Bruxelles pour la liberté d'expression

    Quelque 20.000 personnes, selon la police, manifestaient sobrement dimanche à Bruxelles derrière le slogan "Ensemble contre la haine" pour une marche dans le centre de la capitale, à l'appel d'un rassemblement citoyen mais en présence de nombreux mandataires politiques, a constaté un journaliste de l'agence BELGA.

    Un long cortège, qui a commencé à quitter la gare du Nord à 14h30, s'étendait sur l'axe Nord-Midi, parsemé de vagues d'applaudissements. La police de Bruxelles-Capitale Ixelles a recensé quelque 20.000 participants au mouvement. Beaucoup de manifestants brandissaient des panonceaux "Je suis Charlie", d'autres des pancartes "Ensemble contre la haine" en français et néerlandais.

    La tête du cortège, derrière une banderole reprenant ce slogan et une autre proclamant en anglais "Freedom of speech", réunissait des personnalités de la politique, des médias et du milieu associatif belge. Mais des mandataires politiques étaient disséminés tout au long de la manifestation, qui intervient cinq jours après la sanglante attaque menée contre le siège de l'hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo à Paris, qui a fait douze morts. D'autres attaques par trois jihadistes abattus par les forces de l'ordre vendredi ont fait 5 morts, dont quatre personnes vendredi dans un magasin juif. Au total une vingtaine de personnes ont aussi été blessées.

    "Bruxelles est Charlie"

    "Bruxelles est Charlie" © BELGA

  • Kevin Dochain

    En images: 1,5 million de Charlie dans les rues de Paris pour la marche républicaine

    Plus d'un million et demi de personnes se sont rassemblées à Paris pour la marche républicaine, en solidarité avec Charlie Hebdo et pour la liberté d'expression. Retour en images sur un événement exceptionnel.

    Place de la République

    Place de la République © BELGAIMAGE

  • Kevin Dochain

    Minute de silence des dirigeants et Hollande qui salue les proches des victimes

    Les dirigeants internationaux et les hauts responsables politiques français ont observé une minute de silence peu avant 16h00 lors de la marche contre le terrorisme dimanche à Paris. Quelques temps après, le président français François Hollande s'est dirigé vers les familles et proches des victimes des attaques djihadistes.

    Le président a d'abord embrassé un par un les dirigeants étrangers et les représentants des plus hautes instances de l'État. Il s'est ensuite déplacé vers les proches de la rédaction de Charlie Hebdo, embrassant notamment le dessinateur Luz et le chroniqueur Patrick Pelloux.

  • Kevin Dochain

    La rédaction du Soir évacuée suite à un coup de fil menaçant

    >> Plus d'infos

  • Kevin Dochain

    Outre Paris, plus de 150.000 manifestants dans les villes de France

    Outre la gigantesque marche à Paris, de nombreux défilés et rassemblements contre le terrorisme réunissaient déjà plus de 150.00 personnes ailleurs en France, dimanche en début d'après-midi, au lendemain d'une journée qui a déjà vu 700.000 personnes manifester dans tout le pays.

    A Saint-Etienne (centre) environ 60.000 personnes ont marché pour la liberté d'expression et contre le fanatisme derrière une large banderole noire portant l'inscription "nous sommes Charlie", en hommage à l'équipe du journal satirique décimée dans un attentat mercredi. Énorme mobilisation aussi à Perpignan (sud) où 40.000 des 110.000 habitants ont défilé dans un silence interrompu par des salves d'applaudissements. De nombreux rassemblements étaient également prévus à Lyon, la troisième ville de France, Bordeaux (ouest), ou Reims (nord-est). Décalage horaire oblige, le premier rassemblement dominical a eu lieu en Nouvelle-Calédonie, territoire français d'Océanie, où 4.000 personnes se sont réunies à Nouméa.

  • Kevin Dochain

    Des Palestiniens défilent en soutien à la France et contre le terrorisme

    Des dizaines de Palestiniens ont manifesté dimanche à Ramallah, le siège de l'Autorité palestinienne en Cisjordanie occupée, en solidarité avec la France après les attaques meurtrières de jihadistes qui ont récemment ensanglanté Paris.

    Sous une nuée de drapeaux palestiniens et français, une banderole proclamait "La Palestine est solidaire de la France contre le terrorisme" tandis que des dizaines d'anonymes, de journalistes et de dirigeants étaient rassemblés à la mi-journée sur la principale place de la ville. Dans le même temps, le président palestinien Mahmoud Abbas se trouvait à Paris aux côtés de dignitaires d'une cinquantaine de pays -dont le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu- pour exprimer sa solidarité avec la France en prenant part à la "marche républicaine".

    Manifestations de solidarité avec Charlie Hebdo dans les rues de Ramallah.

    Manifestations de solidarité avec Charlie Hebdo dans les rues de Ramallah. © BELGAIMAGE/Thomas Coex

  • Kevin Dochain

    Des milliers de personnes déjà rassemblées à Paris contre le terrorisme

    Plus de trois heures avant le début de la grande marche contre le terrorisme, qui doit s'élancer à 15h00 dans le centre de Paris, des milliers de personnes avaient déjà commencé à se rassembler dimanche, ont constaté des journalistes de l'AFP. "Brandissez vos stylos" ou "Liberté, égalité, dessinez, écrivez", pouvait-on lire sur des pancartes en hommage aux dix-sept personnes tuées.

    Les gens sont déjà nombreux dans les rues à 3 heures du début de la marche républicaine de ce dimanche.

    Les gens sont déjà nombreux dans les rues à 3 heures du début de la marche républicaine de ce dimanche. © BELGAIMAGE/Gerard Julien

  • Kevin Dochain

    L'armée protègera écoles juives et synagogues "si nécessaire", Hollande à la Synagogue

    Le gouvernement français a promis dimanche que les écoles juives et les synagogues du pays seraient "si nécessaire" protégées par l'armée, et le président Hollande se rendra dans la soirée à la Grande synagogue de Paris pour un hommage à toutes les victimes des récentes attaques jihadistes.

    Parmi ces victimes, 17 au total, figurent quatre juifs tués lors de l'attaque contre un magasin casher à Paris vendredi, deux jours après la tuerie perpétrée contre l'équipe du journal satirique Charlie Hebdo.

    Le président "nous a dit que toutes les écoles, toutes les synagogues seraient protégées, si nécessaire, au-delà de la police, par l'armée", a déclaré le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Roger Cukierman, à l'issue d'un entretien avec François Hollande.

    Plusieurs représentants de la communauté juive de France ont été reçus dans la matinée au palais de l'Elysée où ils ont réclamé au gouvernement des mesures de protection.

    Le président Hollande se rendra par ailleurs dimanche soir à 19h00 à la Grande synagogue de Paris, à l'issue de la grande marche républicaine à la mémoire des victimes des attentats des derniers jours dans la capitale, a confirmé l'Elysée.

    La présence de M. Hollande à la Grande synagogue intervient sur fond de polémique avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, attendu dans l'après-midi à la manifestation parisienne, et qui a affirmé samedi qu'Israël est le "foyer" des juifs de France. Le Premier ministre Manuel Valls lui a répondu samedi soir que "la France, sans les juifs de France, n'est plus la France".

    Première d'Europe et troisième dans le monde après Israël et les Etats-Unis, la communauté juive française, estimée entre 500.000 et 600.000 personnes, s'inquiète de la recrudescence des actes antisémites dans l'Hexagone.

  • Kevin Dochain

    Politiques et personnalités en nombre à la "marche républicaine"

    Les dirigeants d'une cinquantaine de pays, de l'Allemande Angela Merkel au Britannique David Cameron en passant par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le président palestinien Mahmoud Abbas ou le roi de Jordanie, participeront à la "marche républicaine" dimanche à Paris après l'attentat contre Charlie Hebdo et un magasin casher.

    >> La liste des personnalités qui ont annoncé leur participation à la marche républicaine

  • Kevin Dochain

    Des millions de personnes attendues à la marche républicaine

    Alors que 700.000 personnes ont défilé en province samedi, une marche républicaine historique et gigantesque s'élancera depuis la place de la République, à Paris, ce dimanche, pour rendre hommage aux victimes des attentats.

  • Kevin Dochain

    Lassana Bathily, héros de la prise d'otage de Vincennes

    Il a caché plusieurs personnes à la barbe du terroriste qui a pris d'assaut vendredi une épicerie cashère de la porte de Vincennes. Hommage au courage de Lassana Bathily, un musulman malien qui a sauvé des vies.

    >> À lire sur L'Express.fr

    Lassana Bathily

    Lassana Bathily © capture d'écran

  • Céline Bouckaert

    La famille du djihadiste Amedy Coulibaly "condamne" les attentats

    La mère et les soeurs du djihadiste français Amedy Coulibaly ont "condamné" les attentats de Paris et Montrouge (banlieue sud de Paris), présentant leurs "sincères condoléances" aux familles des victimes.

    "Moi, la mère d'Amedy Coulibaly et toutes mes filles présentons nos sincères condoléances aux familles des victimes de la boutique Hyper Cacher, à la famille de la policière municipale de Montrouge, ainsi qu'aux victimes de Charlie Hebdo", ont-elles écrit dans un communiqué.

    "Nous condamnons ces actes. Nous ne partageons absolument pas ces idées extrêmes. Nous espérons qu'il n'y aura pas d'amalgame entre ces actes odieux et la religion musulmane", ont-elles affirmé. "Nous souhaitons enfin que tous les citoyens soient unis et solidaires comme nous le sommes avec les familles des victimes", concluent la mère et les soeurs du djihadiste.

    Amedy Coulibaly, 32 ans, a été tué vendredi dans l'assaut des policiers contre le supermarché casher dans l'est de Paris où il retenait des otages. Il est aussi soupçonné d'avoir tué jeudi matin une policière municipale à Montrouge. Vendredi, les trois soeurs d'Amedy Coulibaly ne l'avaient pas décrit comme un radical. "Il n'est pas comme ça", s'était insurgée l'une d'elles, qui le présente comme modéré. "Je sais qu'il faisait la prière, le ramadan et un peu plus", a dit une autre. "Il a fait sa vie en prison, moi ma vie à travailler", a soufflé une autre.

    Coulibaly

    Coulibaly © Belga

  • Céline Bouckaert

    Attaque contre un journal allemand ayant publié des caricatures venant de Charlie Hebdo

    Un quotidien allemand de Hambourg (nord) qui avait publié des caricatures de Mahomet provenant du magazine satirique français Charlie Hebdo a été dimanche matin la cible d'une attaque avec un engin incendiaire, a annoncé la police en précisant qu'il n'y avait pas eu de blessé.

    "Des pierres puis un engin incendiaire ont été lancés à travers une fenêtre" du Hamburger Morgenpost vers 02h20 HB, déclenchant un début d'incendie, a déclaré un porte-parole de la police à l'AFP. "Deux pièces ont été endommagées mais le feu a été éteint rapidement", a-t-il précisé. Deux personnes ont été arrêtées, et une enquête a été ouverte, selon la même source qui n'a pas souhaité donner davantage de détails. Le quotidien régional allemand avait publié à sa Une trois caricatures provenant de Charlie Hebdo après l'attaque du magazine français mercredi par deux tueurs djihadistes, qui a fait douze morts dont cinq des principaux dessinateurs du journal. "Autant de liberté doit être possible", avait titré le Hamburger Morgenpost. Le porte-parole de la police a estimé qu'il était "trop tôt" pour affirmer avec certitude que l'attaque contre le journal était liée à la publication de ces caricatures, mais il a confirmé que c'était "une question clef" que l'enquête allait essayer de déterminer.

    Belga

    Les locaux du Hamburger Morgenpost

    Les locaux du Hamburger Morgenpost © Belga

Nos partenaires