Ce que l'on sait sur le film qui a mis le feu aux poudres en Libye et en Egypte

12/09/12 à 14:27 - Mise à jour à 14:26

Source: Le Vif

Le film à l'origine de manifestations anti-américaines en Libye et en Egypte a été réalisé et produit par Sam Bacile, un promoteur immobilier israélo-américain, qui affirme que l'islam est une religion de haine. Il a été relayé par un extrémiste copte-américain et le pasteur Terry Jones.

Ce que l'on sait sur le film qui a mis le feu aux poudres en Libye et en Egypte

© Capture d'écran YouTube

Le film à l'origine des manifestations et attaques anti-américaines, mardi en Egypte et en Libye, est signé par un Israélo-américain qui décrit l'islam comme un "cancer", selon le Wall Street Journal qui l'a interrogé. Le film, Innocence of Muslim (L'Innocence des musulmans), a été réalisé et produit par Sam Bacile, un promoteur immobilier israélo-américain de 54 ans originaire du sud de la Californie.

Mardi, des manifestants ont déchiré un drapeau américain devant l'ambassade américaine au Caire, tandis qu'un groupe armé a attaqué le consulat américain à Benghazi, en Libye, et mis le feu au bâtiment, tuant un Américain et en blessant un autre. Sam Bacile, qui se cacherait désormais par crainte de représailles, affirme que l'islam est une religion de haine. Il prétend avoir voulu rendre service à son pays d'origine en montrant au monde les défauts de l'islam, selon le journal israélien Haaretz.

Joint par téléphone dans un lieu non identifié, Sam Bacile a expliqué qu'il était l'auteur du film, précisant qu'il l'avait produit avec 5 millions de dollars levés auprès d'une centaine de donateurs juifs, qu'il a refusé d'identifier. Il assure avoir travaillé avec 60 acteurs et une équipe de 45 personnes pour réaliser en Californie, en trois mois, ce film de deux heures. "Le film est politique. Pas religieux", dit-il. Il présente le prophète Mahomet comme un coureur de jupons irresponsable ayant, entre autres, approuvé des abus sexuels sur les enfants.

Un extrait de 14 mn du film en anglais avait été mis en ligne sur YouTube au mois de juillet sans attirer l'attention. Ce qui a mis le feu aux poudres a été la diffusion sous-titrée en arabe mise en ligne récemment et visionnées des dizaines de milliers de fois.
Aux Etats-Unis, la promotion du film a été assurée par des conservateurs, selon le WSJ, dont un certain Morris Sadek, qui dirige une petite association, l'Assemblée nationale américaine copte. Mais les principaux dirigeants coptes dans le monde ont condamné le film et le portrait qu'il dresse de l'islam, souligne le quotidien.
Terry Jones et Morris Sadek

Sam Bacile a regretté la mort d'un Américain tué en Libye par des manifestants qui protestaient contre son film, mais a mis en cause le manque de sécurité à l'ambassade américaine. Morris Sadek est un proche du très controversé pasteur Terry Jones, qui s'était attiré de nombreuses critiques par le passé, notamment pour avoir brûlé un exemplaire du Coran et s'être résolument opposé à la construction d'une mosquée près de Ground Zero à New York.

Le pasteur a précisé qu'il comptait montrer un extrait de 13 minutes du film, mardi soir, dans son église de Gainesville, en Floride (sud-est). "C'est une production américaine, qui n'a pas pour objectif d'attaquer les musulmans mais de montrer l'idéologie destructive de l'islam", explique-t-il dans un communiqué publié par le WSJ. Une porte-parole de Terry Jones a indiqué que le film était aussi diffusé sur le site internet du mouvement du pasteur américain, standupamericanow.org.

LeVif.be avec L'Express

En savoir plus sur:

Nos partenaires