Bachar al-Assad a la "certitude" de gagner la guerre

18/02/13 à 10:58 - Mise à jour à 10:58

Source: Le Vif

Le président syrien Bachar al-Assad a affirmé à des hommes politiques libanais qu'il avait la "certitude" de pouvoir gagner la guerre contre les rebelles et que "l'avenir" appartenait à son camp, selon des propos repris lundi par un quotidien libanais pro-syrien.

Bachar al-Assad a la "certitude" de gagner la guerre

© Reuters

"Nous sommes convaincus que l'avenir nous appartient (...). La Syrie possède la volonté de vaincre le complot", a déclaré M. Assad selon le journal as-Safir, qui ne précise pas l'identité des hommes politiques ayant rapporté ces propos.

M. Assad, dont les troupes mènent depuis bientôt deux ans une guerre meurtrière contre les insurgés à travers le pays, reçoit régulièrement des partisans libanais de son régime, comme le druze Talal Arslane, qui l'a rencontré dimanche.

"Nous avons la certitude de gagner, nous sommes rassurés quant aux exploits politiques et militaires. Cela ne veut pas dire que tout est réglé, nous avons encore beaucoup à faire en politique et dans le combat contre les groupes terroristes extrémistes", a-t-il ajouté.

Le président syrien a également affirmé que les "fidèles" à son régime "représentaient la majorité absolue des Syriens".

"Comment expliquez-vous alors que le corps diplomatique syrien à travers le monde soit resté inébranlable pendant deux ans, malgré les offres séduisantes faites aux ambassadeurs et aux consuls (...). Des millions de dollars leur ont été offerts, mais ils les ont refusés et c'est la preuve d'un grand patriotisme syrien", a-t-il affirmé.

Deux ambassadeurs syriens ont fait défection en 2012, celui d'Irak et des Emirats arabes unis. Le chargé d'affaires syrien à Londres, Khaled al-Ayoubi, plus haut diplomate de ce pays au Royaume-Uni, a également démissionné l'année dernière, ainsi que la chargée d'affaires à Chypre.

Le régime de Bachar al-Assad assimile les rebelles à des terroristes et les accuse d'être financés et soutenus par l'étranger, en particulier par l'Arabie saoudite, le Qatar et al Turquie. En 23 mois, le conflit a fait 70.000 morts selon l'ONU.

En savoir plus sur:

Nos partenaires