A Fukushima, la situation reste "imprévisible"

25/03/11 à 10:36 - Mise à jour à 10:36

Source: Le Vif

L'opérateur de la centrale, Tepco, estime que la cuve du réacteur 3 pourrait être endommagée, faisant craindre une fuite grave.

A Fukushima, la situation reste "imprévisible"

© EPA

La situation à la centrale nucléaire accidentée de Fukushima reste "imprévisible", a prévenu ce vendredi le Premier ministre japonais, Naoto Kan.

"Nous travaillons à ce que la situation n'empire pas. Nous devons être extrêmement vigilants", a déclaré M. Kan lors d'une conférence de presse.

L'opérateur de la centrale, Tokyo Electric Power (Tepco) a reconnu vendredi que les opérations de refroidissement des réacteurs à l'aide de canons à eau et les travaux de rétablissement des pompes à eau électriques avançaient lentement en raison de la dangerosité du site, au lendemain de l'hospitalisation de deux ouvriers gravement irradiés.

Etat des lieux à Fukushima

L'AIEA a dressé un état des lieux de la centrale nucléaire de Fukushima ce vendredi matin.

Réacteur 1 Le rétablissement de l'électricité avance et la lumière a été rétablie dans l'unité de contrôle. Le système de refroidissement est en test. La pression de la cuve de l'enceinte du réacteur reste élevée mais les autorités japonaises assurent qu'elle est stabilisée.

Réacteur 2 Les ingénieurs travaillent au rétablissement de l'électricité dans la principal salle de contrôle et du système de refroidissement.

Réacteur 3 Quelque 120 tonnes d'eau de mer ont été injectées dans la cuve de stockage des combustibles usagés pour refroidissement. Le travail en cours pour rétablir le système de refroidissement a été interrompu après l'hospitalisation de trois salariés irradiés.

Deux heures après le communiqué de l'AIEA, l'opérateur du site, Tokyo Electric Power (Tepco), a précisé que la cuve du réacteur 3 de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima, qui contient les barres de combustible, pourrait être endommagée.

"Des substances radioactives se sont échappées loin du réacteur", a expliqué Hideyuki Nishiyama, porte-parole de l'Agence japonaise de sûreté nucléaire. "Selon ce que semblent montrer les analyses, nous pensons que la capacité de confinement atteint encore un certain niveau, mais il y un fort risque que le réacteur soit endommagé".

Réacteur 4 Le bassin de stockage des combustibles usagés a été arrosé par 150 tonnes d'eau depuis un camion-pompe.
Réacteurs 5 et 6 La pompe et le système de refroidissement ont été réparés.

Jeudi, de l'eau de mer continue d'être injecté dans les enceintes de confinement des réacteurs 1, 2 et 3. Elle va bientôt être remplacée par de l'eau pure.

Que fait Tepco?

Le quotidien Libération révèle ce vendredi matin (article pour abonnés) que le PDG de Tepco est introuvable depuis le 13 mars, deux jours après le séisme et le tsunami.

Tepco a par ailleurs été prié par les autorités japonaises d'améliorer les conditions de sécurité des techniciens, après que trois d'entre eux, mal équipés, ont été irradiés. Le gouvernement a sommé Tepco "d'améliorer la gestion du personnel, afin d'empêcher la répétition de ce genre d'accident", a déclaré vendredi le porte-parole Yukio Edano. Il a demandé qu'une enquête soit menée pour expliquer "comment les ouvriers ont pu être exposés aux radiations".

Sur ces trois employés de filiales de Tepco qui travaillaient sur le réacteur 3, deux ont dû être hospitalisés avec des brûlures aux pieds. Ils ont été contaminés jeudi par une flaque d'eau très fortement radioactive lors d'une intervention dans la turbine située derrière le réacteur 3. Cette flaque contenait de l'iode, du césium et du cobalt à des taux 10 000 fois plus élevés que la normale. Ils ont été exposés à des radiations supérieures à 100 millisieverts et qui ont pu atteindre 180 millisieverts.

Radioactivité élevée dans des légumes de Tokyo

Un niveau anormalement élevé de radioactivité a été détecté pour la première fois dans des légumes provenant de Tokyo, a indiqué le ministère japonais de la Santé, cité vendredi par les médias. Du césium radioactif, à un niveau excédant la limite légale, a été découvert jeudi dans un légume à feuilles vertes, le komatsuna, cultivé à la périphérie de Tokyo et à 250 km de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima, a précisé la chaîne publique NHK.
Les autorités japonaises ont interdit en début de semaine la vente de plus d'une dizaine de légumes et du lait cru provenant seulement de quatre préfectures proches de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima, en raison d'un niveau anormalement élevé de radioactivité.

Le Vif.be, avec L'Express.fr

Nos partenaires