Le quartier latin s'embrase

19/04/18 à 21:00 - Mise à jour à 12/04/18 à 16:29

Le mouvement étudiant se durcit. A Paris, la première nuit des barricades va lui donner des allures de révolution. Pour les forces de l'ordre, une priorité : éviter toute provocation. Et empêcher qu'il y ait des morts.

Le cortège voulait juste prolonger la fête. Vendredi 10 mai 1968, la journée s'achève dans une atmosphère de kermesse. La manifestation, organisée en fin d'après-midi par les comités d'action lycéens et le mouvement du 22 mars, réunit 12 000 personnes place Denfert-Rochereau, à Paris, aux cris de " Halte à la répression " ou " Libérez nos camarades ". D'abord hésitante, la foule débouche place Edmond-Rostand, entre le Panthéon et le jardin du Luxembourg. " Nous allons occuper pacifiquement le Quartier latin toute la nuit ", annonce-t-on au porte-voix. Au fil des heures, la tension se fait plus vive. La journée des camarades se termine. La première nuit des barricades commence.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires