GB: les Lib Dems associés à Cameron et l'opposition craignent une sortie de l'UE

17/01/13 à 14:02 - Mise à jour à 14:02

Source: Le Vif

(Belga) Les libéraux-démocrates (Lib Dems) associés au pouvoir au Royaume-Uni et l'opposition travailliste accentuaient jeudi la pression sur le Premier ministre conservateur David Cameron, le mettant en garde contre une éventuelle "sortie de l'UE", à la veille de son discours clé sur l'UE.

GB: les Lib Dems associés à Cameron et l'opposition craignent une sortie de l'UE

Il n'est "pas dans l'intérêt du Royaume-Uni" de "se diriger vers la porte de sortie de l'Union européenne", a estimé le numéro 2 du gouvernement britannique, le libéral-démocrate Nick Clegg, sur la radio londonienne LBC. "Je ne pense pas que l'on serve les intérêts britanniques nationaux et protège les trois millions d'emplois dépendant de l'Europe en suggérant que l'on se dirige vers la porte de sortie" de l'UE, a ajouté cet europhile convaincu, qui "retient son souffle" avant le discours de M. Cameron. "Il est évident que nous (Nick Clegg et David Cameron, NDLR) avons des positions différentes là-dessus", a ajouté le vice-Premier ministre. "Des années et des années de conjecture et d'incertitude ne sont pas bonnes" pour l'économie, a-t-il estimé, reconnaissant cependant la nécessité de travailler pour "constamment réformer et améliorer l'Europe". De son côté, le chef de l'opposition travailliste, Ed Miliband, a répété jeudi qu'il craignait que "la stratégie du Premier ministre ne conduise (le Royaume-Uni, NDLR) vers une sortie (de l'UE, NDLR), qui provoquera de véritables dégâts" dans l'économie britannique. "Agiter un drapeau en disant que le Royaume-Uni pourrait sortir de l'UE dans cinq ans n'est pas bon pour notre pays", a-t-il estimé. "C'est une stratégie inepte", a-t-il jugé, estimant toutefois que la communauté des 27 évoluait "vers une Europe plus flexible". Sous la pression grandissante des eurosceptiques conservateurs et sur fond de sondages témoignant d'une hostilité grandissante des Britanniques à l'encontre de l'UE, M. Cameron doit prononcer vendredi aux Pays-Bas un discours très attendu sur sa vision de l'Europe et "l'indispensable refonte" des relations de Londres et de l'UE. Il a répété à plusieurs reprises qu'il souhaitait renégocier des termes de l'adhésion à l'UE, afin de rapatrier des pouvoirs de Bruxelles à Londres. Mais il a aussi réitéré son souhait que le Royaume-Uni reste dans l'UE, principalement à cause des avantages du marché européen. Ces tentatives du Royaume-Uni de récupérer des pouvoirs aux dépens de l'UE ont suscité l'agacement de plusieurs de ses partenaires européens. (ALASTAIR GRANT)

Nos partenaires