Une crise sanitaire après un cyclone montre l'impact du réchauffement climatique

19/04/16 à 06:39 - Mise à jour à 06:38

Source: Belga

Une étude sur les conséquences sanitaires d'inondations records ayant touché les Iles Salomon après un cyclone en 2014 montre comment les catastrophes naturelles, de plus en plus nombreuses en raison du changement climatique, ont un impact sur la santé.

Une crise sanitaire après un cyclone montre l'impact du réchauffement climatique

© Reuters

"Cette étude concernant la région Pacifique a des répercussions sur les zones côtières à travers le monde", a expliqué Stephen Higgs, président de l'Americain Society of Tropical Medicine and Hygiene.

Ces travaux, publiés lundi dans l'American Journal of Tropical Medicine, portaient sur le cyclone tropical Ita qui a ravagé la capitale Honiara du 2 au 4 avril 2014, avec plus de 60 cm de précipitations cumulées.

Les Iles Salomon ont une population totale estimée à 600.000 habitants, mais l'étude était axée uniquement sur les conséquences sanitaires du cyclone à Honiara, où vivent 64.000 personnes.

La tempête a fait 31 morts et le Cred (Centre for Research on the Epidemiology of Disasters), un centre de recherche sur les catastrophes basé en Belgique, a indiqué que c'était la catastrophe la plus meurtrière de l'année 2014 en nombre de décès proportionnellement au nombre d'habitants.

Les inondations se sont révélées particulièrement dangereuses pour les enfants, la plupart des 21 personnes décédées étant des enfants de moins de 14 ans emportés par les eaux. Dix autres enfants sont morts des suites d'une diarrhée ou de complications médicales après la tempête.

"Il s'agit de la première étude qui fait l'inventaire des conséquences importantes du changement climatique sur la santé dans la région Pacifique", a assuré Eileen Natuzzi, auteur de l'étude et chirurgien de l'Université d'Etat de San Diego.

Avec le passage du cyclone, des nombreuses routes et ponts étaient hors d'usage et trois des neuf cliniques d'Honiara ont été inondées.

Le réseau d'eau potable et d'égouts a aussi été endommagé et un mois après la tempête 2.134 cas de maladies assimilées à la grippe avaient été recensés, ainsi que 3.876 cas de diarrhées, principalement chez des enfants de moins de 5 ans.

De prochaines intempéries pourraient s'avérer tout aussi dramatiques, affirment les chercheurs, car 75% des infrastructures de santé d'Honiara se trouvent dans des zones considérées comme vulnérables en cas d'inondations. De plus, une personne sur trois à Honiara vit à moins de 500 mètres d'une rivière ou de la côte.

"Il n'est pas possible de changer la météo, mais il est possible de changer la capacité de communautés à faire face après des intempéries extrêmes", a assuré Eileen Natuzzi espérant que les conclusions de l'étude aideront à anticiper de prochaines catastrophes.

En savoir plus sur:

Nos partenaires