Des députées expulsées de l'hôpital où est détenue Ioulia Timochenko

18/01/13 à 09:02 - Mise à jour à 09:02

Source: Le Vif

(Belga) Des hommes non identifiés ont chassé vendredi trois députées d'opposition ukrainiennes qui occupaient depuis deux jours un local de l'hôpital où est soignée l'ex-Première ministre emprisonnée Ioulia Timochenko, protestant contre ses conditions de détention, a écrit une de leurs porte-parole sur Facebook.

Des députées expulsées de l'hôpital où est détenue Ioulia Timochenko

Tôt le matin, des hommes les ont "attrapées en les insultant et les ont traînées hors de la chambre" de cet hôpital de Kharkiv (est), écrit la porte-parole d'une de ces députées, Viktoria Korintchenko. "Les députées ont quitté le local conformément à la décision d'un tribunal", a assuré de son côté le porte-parole du service pénitentiaire Igor Androuchko, cité par l'agence de presse Interfax. Les élues, toutes membres d'une alliance de l'opposition proche de Mme Timochenko, avaient décidé mercredi soir d'occuper des locaux de l'hôpital, rejoignant Mme Timochenko qui a entamé le 8 janvier une "action de désobéissance civile". L'ex-chef du gouvernement refuse de réintégrer sa chambre et dort dans les douches de l'hôpital protestant contre les conditions de sa détention. Elle exige notamment que les autorités retirent les caméras de surveillance placées dans sa chambre, soulignant qu'aucun autre prisonnier ne subit un tel traitement. Mme Timochenko, a été transférée en mai dernier de sa prison à cet établissement médical en raison de hernies discales. Détenue depuis août 2011, l'ex-Première ministre de 52 ans a été condamnée deux mois plus tard à sept ans de prison pour abus de pouvoir. Elle dénonce une vengeance politique de son ancien rival, l'actuel président Viktor Ianoukovitch. Elle est aussi jugée pour fraude fiscale et figure comme témoin dans une affaire de meurtre datant de 1986. Une nouvelle audience de son procès, reporté déjà une dizaine de fois en raison de son état de santé, est prévue dans l'après-midi à Kharkiv. (BENOIT DOPPAGNE)

Nos partenaires