Des convois de camions "semi-automatisés" sur nos routes, le challenge du "Truck Platooning Project"

17/03/16 à 16:19 - Mise à jour à 16:34

Source: Le Soir

Réduire l'impact écologique tout en boostant la rentabilité ; c'est l'objectif que poursuit le " Truck Platooning Project ", une initiative des Pays-Bas et des constructeurs européens pour faire rouler les camions en " convois " sur nos routes. Une solution d'avenir dont le premier test aura lieu début avril, en partie en Belgique.

Des convois de camions "semi-automatisés" sur nos routes, le challenge du "Truck Platooning Project"

/ © Belga

En matière de transport routier, le camion a toujours été, avec le train, l'un des moyens les plus utilisés pour la circulation des marchandises. La présence quotidienne de ces poids lourds sur nos routes a d'ailleurs poussé les pouvoirs publics à imaginer la circulation du futur, avec un projet baptisé "Truck Platooning Challenge".

"Platoon" n'est pas que le nom d'un célèbre film de guerre au Vietnam. Il signifie également "peloton", ou "convoi", et pourrait bientôt devenir la norme des poids lourd sur les routes européennes, suivant là l'exemple de certains états américains comme le Nevada, la Floride ou la Californie.

Une première en Europe

Après avoir testé les fameux méga-camions (60 tonnes sur la pesée), six constructeurs vont mettre en place début avril des convois de camions "semi-automatisés" dont la mission sera de traverser plusieurs villes et frontières européennes (Scania de Stockholm, Volvo de Göteborg, Daimler de Stuggart, Man de Munich, Iveco de Bruxelles et DAF de Westerlo, son lieu de production) pour rejoindre le port d'Amsterdam, le six avril prochain.

Un challenge, organisé par les Pays-Bas, qui siègent actuellement à la présidence de l'union, dont l'objectif avoué est d'accélérer l'introduction de ces "convois du futur" dans l'agenda des décideurs européens.

L'initiative nécessite naturellement la coopération de toutes les parties concernées. Constructeurs, états membres, fournisseurs de services logistiques, opérateurs de trafic et gouvernements vont devoir trouver un terrain d'entente approprié, sans quoi certains pays seront tentés de produire leur propre panel de régulations. Par le "Platooning Challenge", les Pays-Bas, en collaboration avec l'ACAE (l'Association des Constructeurs automobiles européens), entendent harmoniser au maximum les procédures entre états et booster les investissements dans la technologies des véhicules connectés.

En pratique

Un convoi comprendra deux à quatre camions disposés en file indienne. Ils pourront se suivre à une distance préétablie (environ 10 mètres), et maintenir cet écart grâce à une technologie de bord comprenant un radar, un radar laser et des caméras, sans oublier un système d'évitement d'obstacles et une antenne GPS. Chaque camionneur sera aux instructions du meneur, celui qui guide la meute et l'informe de l'état de la route et des éventuels mouvements de trajectoire à effectuer.

Bien que le projet attache une importance accrue aux nouvelles technologies, qui devraient permettre de soulager la tâche du conducteur durant les trajets, "pas question de diminuer leur importance", comme l'a confirmé l'ACAE. Selon l'organisation, se passer des chauffeurs n'est pas encore à l'ordre du jour et pourrait prendre encore longtemps avant de devenir réalité.

A terme, les initiateurs du "Truck Platooning" espèrent contribuer dans le futur à un transport routier plus sécurisé, plus écologique et efficace. Selon les estimations avancées par l'ACAE, évoluer en convoi aura des effets bénéfiques sur la consommation de carburant, les camions roulant à vitesse constante avec moins de contraintes aérodynamiques qu'a l'accoutumée, de quoi réduire jusqu'à 10% les émissions de CO2.

De même, la conduite "connectée" peut aider à améliorer la sécurité avec un système de freinage automatisé dont le temps de réaction est plus court que les réflexes humains. Enfin, le "Platooning" tient à optimiser le transport par un meilleur usage des routes, une livraison plus rapide des marchandises et une réduction des congestions de trafic.

Guillaume Alvarez

En savoir plus sur:

Nos partenaires