Walter Benjamin, un rescapé des attentats, à la rencontre des jeunes de Molenbeek

03/06/16 à 22:27 - Mise à jour à 22:27

Source: Belga

Walter Benjamin, un rescapé des attentats de Bruxelles, et Oussama Ziani, un jeune citoyen molenbeekois, ont organisé vendredi soir une rencontre avec des membres d'une maison de jeunes à Molenbeek afin d'échanger et de débattre autour des attaques du 22 mars dernier.

Walter Benjamin, un rescapé des attentats, à la rencontre des jeunes de Molenbeek

Walter Benjamin à la rencontre des jeunes de Molenbeek. © https://www.facebook.com/waltou?fref=photo

"Je souhaite lancer un projet photo d'envergure pour changer l'image de Molenbeek qui, à la suite des attentats, a parfois été montrée par les médias étrangers comme une banlieue de Bagdad ou une base-arrière de Daech. Je souhaite inonder internet de photos présentant une autre réalité de la commune. Les jeunes dirigeront demain le pays. Que leur laissera-t-on comme héritage ? ", s'est interrogé Walter Benjamin, survivant de l'attaque à Brussels Airport.

"On rentre dans une période marquée par le repli de toutes les communautés. Il faut lancer un message fort d'unité, de tolérance et de respect. Je ne veux ni faire du social ni du politique mais que les jeunes de toutes les communautés apprennent à se reconnaître. Je n'ai qu'une peur, c'est que de nouveaux attentats surviennent, touchent des enfants et qu'il en résulte une 'chasse à l'Arabe'", a ajouté celui qui a été amputé d'une jambe.

Oussama Ziani, co-organisateur de la rencontre, s'est quant à lui déclaré très touché par le message de paix et de vivre-ensemble de Walter Benjamin, raison pour laquelle il a souhaité le rencontrer puis proposer des rencontres avec les jeunes Molenbeekois. C'est devant une quarantaine de membres de la maison de jeunes AJM qu'il a ensuite raconté en détails ses souvenirs et son ressenti intime de l'attentat.

Il leur a également expliqué vouloir défendre la communauté musulmane et les habitants de Molenbeek qui ont pu faire l'objet de haine et de discriminations à la suite des attentats. Les jeunes lui ont alors posé une série de questions concernant notamment son état de santé physique et psychologique et ses projets.

Les jours qui ont suivi les attentats, Walter Benjamin avait été médiatisé suite à son partage via Facebook de ses ressentis, de ses souffrances et de ses espoirs pour l'avenir.

Il rendait au fil des jours hommage sur sa page à l'infirmière des soins intensifs, au technicien de l'aéroport qui lui a permis de rassurer ses proches, ou encore, au soldat anonyme qui l'a transporté loin du lieu de l'attentat.

En savoir plus sur:

Nos partenaires