Une Very Irritating Police braquée sur les francophones à la Côte cet été

19/04/11 à 13:33 - Mise à jour à 13:33

Source: Le Vif

Dès cet été, la police de la zone Nieuport-Coxyde-La Panne va mettre en oeuvre des patrouilles VIP (Very Irritating Police). L'objectif: tenir à l'oeil les jeunes qui occasionneraient des troubles.

Une Very Irritating Police braquée sur les francophones à la Côte cet été

© Image Globe/NICOLAS MAETERLINCK

Ce programme développé aux Pays-Bas, consistera à identifier les "jeunes qui traînent en rue" et à les harceler sans les perdre de vue de toute la journée, à les contrôler à de nombreuses reprises et à leur faire comprendre qu'on ne les lâchera pas et qu'on ne tolérera aucune nuisance ni aucun rassemblement bruyant.

Seront particulièrement visés les jeunes francophones du nord de la France (Lille, Dunkerque, Tourcoing) et de Wallonie (Mons, La Louvière, Charleroi).

Le Conseil de la Jeunesse de la Communauté française proteste

Le Conseil de la Jeunesse de la Communauté française se dit choqué par cette initiative. Son nom sonne comme une véritable provocation et ce dispositif policier discriminatoire, stigmatisant et contre-productif, ouvre la voie à de dangereuses dérives abusives, estime le Conseil.

Le dispositif risque de cristalliser les tensions entre jeunes et policiers, avec comme résultat une situation inverse à l'objectif de départ, dit le Conseil, ajoutant que la concertation vaut toujours mieux que la confrontation.

L'investissement financier et humain consenti dans ce projet serait sans doute bien plus utile s'il était investi dans la mise en place d'un réel projet par et pour les jeunes: structures et éducateurs compétents sont prêts à s'investir, affirme encore le Conseil, qui appelle les autorités responsables à ne pas tomber, "une fois de plus vis-à-vis des jeunes", dans ces dérives sécuritaires.

L'initiative a déjà été critiquée par le professeur Christiaens, de l'université de Gand, qui la juge stigmatisante et s'interroge sur sa légalité.

La tolérance zéro est contre-productive

La tolérance zéro à l'égard des jeunes qui traînent, telle que celle qui est prévue par la police de la zone Westkust, est contre-productive, ont estimé mardi un criminologue de la K.U.Leuven, le commissariat aux droits de l'enfant et le conseil flamand de la jeunesse. "Une enquête en criminologie montre que la tolérance zéro à l'égard des jeunes qui traînent en rue ne fonctionne absolument pas", souligne Stijn Vivijs, de l'institut pour la criminologie de la KUL. Pour Stijn Vivijs, la VIP va conduire à un jeu du chat et de la souris avec les jeunes. Et le criminologue d'estimer que la police de la Côte exagère. "Il ne s'agit pas ici d'un problème concret mais plutôt d'un sentiment d'insécurité."

Même son de cloche du côté du commissariat aux droits de l'enfant. "Il est dommageable que des actions soient menées au hasard pour viser les jeunes", affirme Bruno Vanobbergen du commissariat, qui plaide pour une politique à long terme. Enfin, le conseil flamand de la jeunesse estime que "les policiers qui vont énerver les jeunes vont davantage allumer le feu que l'éteindre" et que "de cette manière, les jeunes mais aussi les familles avec enfants vont être embêtés."

LeVif.be, avec Belga

Nos partenaires