Un jour de deuil national

14/03/12 à 16:16 - Mise à jour à 16:16

Source: Le Vif

Vu l'ampleur de l'accident, son caractère exceptionnel et l'émotion générée, le gouvernement belge a décidé de décréter un jour de deuil national, dont les modalités doivent encore être spécifiées.

Un jour de deuil national

© Image Globe

Vingt-huit personnes ont perdu la vie dans l'accident, dont 22 enfants, 4 accompagnateurs et 2 chauffeurs. Vingt-quatre blessés ont été répartis dans six hôpitaux de la région (Sion, Sierre, Lausanne, Martigny, Berne et Viège), a spécifié la ministre de la Santé Laurette Onkelinx, à l'issue d'un comité ministériel restreint. "Beaucoup sont encore dans un état grave, dont trois dans le coma, présentant des lésions cérébrales et thoraciques", a ajouté la ministre.

Parmi les 52 personnes qui se trouvaient dans le car figuraient aussi 10 personnes de nationalité néerlandaise, une de nationalité allemande et une de nationalité polonaise, dont on ignore l'état de santé.

"C'est un jour difficile pour le pays. Tous les Belges partagent l'immense chagrin des familles", a commenté le Premier ministre Elio Di Rupo, peu avant de prendre l'avion pour Genève en compagnie du vice-premier ministre Steven Vanackere, du ministre de la Défense Pieter De Crem et du ministre-président flamand Kris Peeters. "Il n'y a pas de mots pour exprimer ce que l'on ressent, nous sommes tous en état de choc", a-t-il poursuivi.

Le gouvernement belge a décidé, vu l'ampleur de l'accident, son caractère exceptionnel et l'émotion générée, de décréter un jour de deuil national, dont les modalités doivent encore être spécifiées.

En début d'après-midi, un urgentiste-pédiatre et une équipe d'accompagnateurs psychosociaux de la Défense et de la Santé placée sous la direction d'un infirmier urgentiste, ainsi que sept spécialistes du DVI (identification des corps) sont montés dans l'avion qui emmenait les premières familles de victimes en Suisse.

Celles-ci seront reçues par les autorités diplomatiques et le centre de crise helvétique.

De son côté, le centre de crise de la Santé publique en Belgique a été averti par les Affaires étrangères vers 6 heures du matin de cet accident survenu vers 21h15 la veille, a précisé Mme Onkelinx.

Un plan d'intervention psychosocial (PIPS) a été déclenché, et deux équipes comprenant chacune un médecin et un accompagnateur psychosocial ont été envoyées à Lommel et à Heverlee, les communes des écoles où les enfants sont scolarisés. Le service d'intervention psychosociale urgente de la Croix-Rouge a également été mobilisé, en contact avec les services d'urgence en Suisse.

M. Di Rupo a répété que, selon les dernières informations reçues, le car était en ordre de contrôle technique (octobre 2011), la société de voyages ne présentait pas de problèmes particuliers et les temps de repos et de roulage des chauffeurs avaient été respectés.

Levif.be avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires