Un Belge a déposé la marque "Je suis Charlie" pour le Benelux

13/01/15 à 17:08 - Mise à jour à 17:07

Source: Belga

Yanick Uytterhaegen, un habitant de Steenokkerzeel, en Brabant flamand, a déposé la marque "Je suis Charlie" pour le Benelux, a confirmé mardi l'Office Benelux de la Propriété intellectuelle (BOIP).

Un Belge a déposé la marque "Je suis Charlie" pour le Benelux

© Reuters

Le site internet du BOIP signale que M. Uytterhaegen a déposé le nom "Je suis Charlie" le 8 janvier à 20h34, soit au lendemain de l'attaque terroriste perpétrée contre le journal satirique français à Paris. Contacté par l'agence Belga, le BOIP, installé à La Haye, a confirmé ce dépôt. Après examen formel, la demande de marque a été publiée lundi sur le site internet. "Mais la procédure est toujours sous enquête", a précisé l'Office, signalant que celle-ci pourrait durer un mois ou deux.

Il est possible de s'opposer à ce dépôt jusqu'au 12 mars prochain. Selon le SPF Economie, l'opposant doit "démontrer qu'il est titulaire (ou déposant) d'une marque antérieure qui est identique ou similaire au signe demandé et qui a été enregistrée pour des produits identiques ou similaires à ses propres produits ou services". L'opposition est également accessible au titulaire d'une marque notoirement connue, dans certaines conditions. Le déposant belge a exprimé son souhait de devenir propriétaire de la marque "Je suis Charlie" dans des domaines aussi divers que la photo, le papier, les cartons, les vêtements, les jouets, les articles de sport, les boissons ou encore les télécommunications notamment. Il n'était pas joignable mardi en début d'après-midi pour détailler ses intentions.

En France, l'Institut national de la propriété intellectuelle (INPI) a annoncé mardi dans un communiqué avoir reçu "de nombreuses demandes de marques 'Je suis Charlie', ou faisant référence à ce slogan." L'AFP estime que l'INPI a reçu une cinquantaine de demandes de ce type. "L'INPI a pris la décision de ne pas enregistrer ces demandes de marques", a-t-il indiqué, justifiant que "ce slogan ne peut pas être capté par un acteur économique du fait de sa large utilisation par la collectivité."

En savoir plus sur:

Nos partenaires