Trop d'escortes pour Di Rupo ?

24/04/12 à 06:02 - Mise à jour à 06:02

Source: Le Vif

Les motards d'Elio Di Rupo en ont marre. Confrontés à un déficit de 27 inspecteurs, les motards de la police de la route ont déposé un préavis de grève. Ils dénoncent le nombre élevé d'escortes pour le Premier ministre, qu'ils estiment "inutiles", révèlent mardi Sud Presse et Het Laatste Nieuws. Pour Joëlle Milquet on ne doit pas confondre devoir d'Etat et manque d'effectifs.

Trop d'escortes pour Di Rupo ?

© Belga

Les motards menacent de se croiser les bras à partir du 5 mai si la situation ne change pas. Actuellement, 72 personnes travaillent au sein de la police de la route, contre un effectif normal de 99 policiers. Au-delà de ce problème de personnel, les motards pointent du doigt les escortes qu'ils doivent réaliser notamment pour Elio Di Rupo. "Depuis le début de l'année, nous avons accompli 109 escortes. Un tiers de ce nombre est effectué pour le compte du Premier ministre", explique un motard. "Il y a aussi eu, par exemple, l'escorte d'un dignitaire suisse dont le GPS était cassé. Enfin, une autre fois, nous avons dû accompagner un ministre européen... qui voulait faire du shopping avenue Louise."

De surcroît, à partir du 1er mai, les équipes de nuit seront réduites à trois, au lieu de quatre actuellement. Le porte-parole du Premier ministre s'étonne des chiffres avancés par les policiers. "Nous avons fait nos calculs. Entre décembre et février, il y a eu 17 à 18 déplacements sous escorte, soit une moyenne de 6 déplacements par mois. Depuis février, ce nombre est descendu à 2 par mois", explique-t-il.

Le nombre d'escortes devrait encore diminuer à l'avenir car le Premier ministre disposera bientôt d'une nouvelle voiture équipée de sirènes et de lumières bleues.

Ne pas confondre devoir d'Etat et manque d'effectifs

La ministre de l'Intérieur Joëlle Milquet rencontrera à la fin de la semaine la direction de la police de la route et les représentants syndicaux afin d'examiner les problèmes d'effectifs, a-t-elle annoncé mardi dans un communiqué. La ministre invite cependant les syndicats à "cesser" les amalgames avec les demandes d'escortes du Premier ministre.

Les syndicats policiers se plaignent depuis un certain temps de l'inflation des escortes. Joëlle Milquet a indiqué mardi qu'elle examinerait avec eux et la direction de la police de la route les possibilités de mieux cibler les demandes pour des personnalités étrangères, cela via un protocole d'accord avec les Affaires étrangères.

La ministre est par ailleurs d'avis que les réactions formulées à plusieurs reprises contre les demandes d'escortes du Premier ministre sont "injustifiées et déplacées". Ces demandes répondent aux "impératifs des fonctions d'un Premier ministre", a-t-elle fait valoir, précisant qu'elles étaient sans "comparaison avec les pratiques de tous les chefs d'Etat européens qui bénéficient d'escortes beaucoup plus importantes".

Dans l'attente de solutions de rechange structurelles, la ministre souligne qu'"escorter un Premier ministre quand cela s'avère nécessaire, dans le cadre de ses fonctions, est un devoir d'État"

LeVif.be avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires