Toute une génération va-t-elle prendre les armes chez nous ?

14/01/16 à 15:29 - Mise à jour à 15:50

Source: Le Vif/l'express

A côté d'une recrudescence de la menace terroriste islamiste, la Belgique risque-t-elle de redécouvrir dans les prochaines années l'action directe, façon CCC, et son long cortège de violence ? Le scénario semble écrit, encore faut-il des acteurs pour l'interpréter.

Dans la nuit du 29 au 30 novembre 2015, deux actes de sabotage ont lieu simultanément en Belgique : le premier concerne l'incendie de quatre boitiers électroniques situés le réseau ferroviaire à grande vitesse, le long du viaduc d'Arbre, dans l'entité d'Ath. Toute la circulation de Thalys est restée paralysée ce lundi-là, un jour où différentes délégations internationales devaient se rendre de Bruxelles à Paris pour le début de la COP21. Le deuxième sabotage ne visait pas moins que la caserne militaire des forces spéciales de l'armée belge et du renseignement militaire à Heverlee dans le Brabant flamand, et cherchait à piéger cinq véhicules militaires avec des bombes incendiaires artisanales. Le système d'allumage ne semble s'être pas déclenché, mais le message ne peut être plus clair : vous occupez les rues de Bruxelles, mais vous ne serez jamais à l'abri d'un acte de sabotage... Deux événements simplement subversifs, sans aucun lien avec l'islamisme, et passés quasi inaperçus dans un pays, à l'instar de sa capitale, encore en état de lockdown, bouffé par la panique et le risque d'un attentat. Mais ces deux escarmouches donnent sans doute raison au journaliste du Soir Alain Lallemand, qui, dans son nouveau roman, Et dans la jungle, Dieu dansait (Editions Luce Wilquin, parution ce 22 janvier), voit se réveiller dans une Europe en état d'essoufflement général l'action directe, l'action armée, du genre Bande à Baader, qui, à coups de bombes artisanales, de mitraillages aveugles ou, qui sait, de voitures piégées, cherchera dans les prochaines années à polariser les sociétés et à provoquer une réaction brutale des Etats démocratique...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires