Toujours pas d'accord entre les syndicats et le ministre de la Justice

13/05/16 à 19:18 - Mise à jour à 19:19

Source: Belga

Les syndicats et le ministre de la Justice Koen Geens n'ont pas trouvé d'accord vendredi, lors d'une nouvelle réunion, pour mettre fin à la grève qui touche les prisons wallonnes et bruxelloises depuis près de trois semaines. Les syndicats francophones réclament toujours le retour au cadre de personnel en vigueur en 2014.

Toujours pas d'accord entre les syndicats et le ministre de la Justice

© BELGA

Les agents pénitentiaires flamands ont accueilli positivement le plan de rationalisation du ministre, tandis que leurs homologues francophones l'ont catégoriquement refusé en début de semaine. "Cette situation pose problème au ministre", a concédé Pacal Verhelst, permanent SLFP, à la sortie de la réunion. "Nous avons donc essayé de trouver une solution à la belge."

Les syndicats francophones ont proposé d'organiser un référendum dans chaque établissement pénitentiaire belge pour demander l'avis de tous les agents sur le plan de rationalisation. "Mais ce référendum n'a de sens que si le ministre accepte un retour au cadre de 2014", a souligné Michel Jacobs, secrétaire fédéral de la CGSP Prisons. "Cela ne me pose pas de problème si les néerlandophones défendent le plan pour des raisons objectives. Mais les francophones le refusent."

Les syndicats jugent par ailleurs insuffisant le Masterplan approuvé vendredi par le gouvernement, qui prévoit notamment l'extension et la construction de nouvelles prisons. "La sécurité passe par un nombre suffisant d'agents", a insisté Michel Jacobs. "Nous avons besoin de plus de personnel. Il faut passer des promesses aux actes."

Le ministre de la Justice se dit "ouvert au dialogue" mais rappelle que les syndicats francophones refusent des propositions qu'ils avaient pourtant acceptées dans un premier temps. "Je suis heureux que les deux grands syndicats néerlandophones soient favorables au protocole d'accord. Nous avons fait de nouvelles propositions pour lutter contre la surpopulation et moderniser les bâtiments, ce sont deux garanties importantes pour le climat pénitentiaire. La tension dans les prisons m'inquiète."

Koen Geens fera un nouveau tour de table mardi prochain. Il rencontrera d'abord une délégation d'agents pénitentiaires, qui manifesteront à Bruxelles en matinée, avant de recevoir les syndicats à 16h.

En savoir plus sur:

Nos partenaires