Steven Vanackere s'en prend à l'attitude "irresponsable" du PS, Magnette répond

13/11/11 à 16:47 - Mise à jour à 16:47

Source: Le Vif

Le Vice-premier ministre démissionnaire Steven Vanackere (CD&V) s'en est pris dimanche aux déclarations "irresponsables et relevant très grièvement de la politique de l'autruche" du ministre socialiste Paul Magnette, lequel n'a considéré, d'après le mandataire CD&V, les recommandations socio-économiques de l'Europe comme guère plus qu'une 'source d'inspiration'.

Steven Vanackere s'en prend à l'attitude "irresponsable" du PS, Magnette répond

© EPA

Pour Steven Vanackere, interrogé au cours de l'émission "de Zevende dag" (VRT), il est nécessaire de mener des réformes en profondeur sous peine, pour le pays, de se voir dicter une conduite par d'autres. "Si l'on ne conçoit pas encore que ces mesures sont autant de points douloureux que nous devons saisir, alors on n'agit pas comme un parti qui doit fournir le chancelier", a-t-il dit à l'attention du PS.

Le ministre démocrate-chrétien a reconnu que les recommandations ne constituaient pas des diktats. Il n'est ainsi pas question d'une suppression totale de l'index. Mais l'Europe demande de réformer le système de sorte que les salaires suivent davantage l'évolution de la compétitivité des entreprises du pays, a-t-il expliqué, abondant dans le sens des propos tenus, avant lui, par le commissaire européen Open Vld Karel De Gucht.

Ce dernier a démenti que l'absence de réforme de l'index se traduirait automatiquement par une mise à l'amende de la Belgique par l'Europe. Selon lui, les instances européennes se pencheront sur l'ensemble des recommandations adressées au pays.

Certains se réfugient trop facilement derrière l'Europe

Faire croire que les recommandations de l'Europe en matière budgétaire doivent être appliquées à la lettre relève de "la mauvaise foi", a répliqué dimanche soir le ministre PS Paul Magnette. Nous respecterons l'objectif de limitation du déficit à 2,8% et nous nous inspirerons de ces recommandations, a-t-il ajouté.

Pour Paul Magnette, "certains essaient de faire croire que les recommandations de l'Europe doivent être appliquées à la lettre, ce qui n'est pas le cas. Nous ne serons donc pas les petits exécutants de diktats de l'Europe. Nous avons une marge sur l'orientation à donner aux réformes structurelles demandées", a affirmé le ministre fédéral de l'Energie.

Paul Magnette a redit que pour le PS, l'indexation des salaires est fondamentale. L'Union des Classes Moyennes est d'ailleurs sur la même longueur d'ondes car il s'agit d'un instrument de soutien au pouvoir d'achat. "Nous l'expliquerons à l'échelon européen", a-t-il enfin dit.

Le Vif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires