Samuel Weertz participera à la reconstitution de la mort d'Alicia

24/09/10 à 11:31 - Mise à jour à 11:31

Source: Le Vif

Samuel Weertz, inculpé d'homicide d'Alicia Damoiseaux survenu le 21 août dernier, a comparu vendredi devant la chambre du conseil de Liège pour la prolongation de son mandat d'arrêt. Il n'a pas réclamé sa remise en liberté à ce stade de la procédure et a été maintenu en détention. Son avocat a précisé que son client a accepté de participer à une reconstitution des faits.

Samuel Weertz participera à la reconstitution de la mort d'Alicia

© Belga

Samuel Weertz et son avocat attendent les résultats des devoirs d'enquête actuellement menés et estiment qu'il n'est pas approprié à ce stade de la procédure d'introduire une demande de remise en liberté.

Selon Me Reynders, plusieurs témoins ont été entendus au dossier et confirmeraient les circonstances de la rencontre avec Alicia Damoiseaux telles qu'elles ont été décrites par Samuel Weertz. La jeune fille aurait flashé sur lui durant la nuit et elle l'aurait suivi volontairement chez lui pour y entretenir des relations sexuelles consentantes.

Samuel Weertz affirme qu'il n'a pas voulu tuer Alicia mais qu'il s'est emporté lorsqu'elle lui a révélé qu'elle entretenait déjà une liaison avec un autre homme. Il reconnaît l'avoir frappé et agrippée à la gorge. "Mais il affirme qu'elle était toujours vivante quand il l'a lâchée ", souligne son conseil. Weertz a reconnu avoir bousculé la jeune femme et provoqué sa perte d'équilibre et chute dans un escalier.

Le rapport d'autopsie n'a pas encore été déposé au dossier de procédure. Mais Weertz affirme qu'il n'a pas voulu tuer la jeune fille. Son avocat estime que sa version des faits est corroborée par les éléments du dossier. Me Reynders a précisé que son client a accepté de participer à une reconstitution des faits en présence d'un médecin légiste et qui devrait avoir lieu dans les prochains jours. L'avocat estime que cette étape de la procédure permettra à son client de confirmer sa version sur la manière dont se sont déroulés les faits.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires