Reynders : "Clerfayt fait du bon boulot à Schaerbeek"

22/02/12 à 15:08 - Mise à jour à 15:08

Source: Trends-Tendances

L'actuel bourgmestre FDF de Schaerbeek perdra le soutien du MR aux communales d'octobre. Mais pas la considération de l'ex-président du Mouvement réformateur, qui débarque en région bruxelloise. "Bernard Clerfayt est assez apprécié à Schaerbeek. Notre séparation avec le FDF n'en fait pas pour autant un mauvais bourgmestre", confie Didier Reynders dans une interview à paraître cette semaine dans le Vif L'express.

Reynders : "Clerfayt fait du bon boulot à Schaerbeek"

© Belga

Schaerbeek danse sur un volcan. La lutte pour le maïorat s'y annonce féroce, aux communales d'octobre. Tenant du titre, Bernard Clerfayt (FDF) est assuré de recroiser le fer avec Laurette Onkelinx (PS). Et peut-être bien avec Louis Michel, si l'eurodéputé MR se décide à entrer dans la mêlée. Histoire de mettre le feu pour de bon entre le FDF et le MR, fâchés à mort dans la Cite des Anes.

A la veille de poser tranquillement ses valises à Uccle, Didier Reynders reste sagement à l'écart du chaudron schaerbeekois. Louis Michel, le bon plan ? "Je n'ai pas vraiment d'avis sur le sujet." Mais il a en revanche une appréciation sur l'ancien allié devenu adversaire, Bernard Clerfayt. Et elle est plutôt flatteuse à l'égard de l'ex-secrétaire d'Etat aux Finances : "Schaerbeek a un bourgmestre qui est, je crois, assez apprécié. Je l'ai beaucoup aidé à remporter en 2006 sa campagne électorale."

Cela crée des liens. "Ce n'est pas parce que le MR s'est séparé du FDF sur la scission de BHV, que je vais en tirer la conclusion que le bourgmestre de Schaerbeek est devenu mauvais." Le petit grain de sel à faire grincer les dents du non-candidat Louis Michel. Après cela, allez convaincre l'électeur schaerbeekois MR de désavouer un maïeur aussi bien coté.

P.Hx

A lire cette semaine dans le Vif L'Express : les nouvelles vies de Didier Reynders. Ses ambitions sur Bruxelles, son aspiration à un printemps wallon, sa cohabitation avec Elio Di Rupo au gouvernement fédéral.

Nos partenaires