18/05/17 à 14:43 - Mise à jour à 14:42

Pour un accueil digne des réfugiés fuyant les violences liées à leur identité de genre ou orientation sexuelle

Cette année, la Belgian Pride a pour thème l'asile et la migration des lesbiennes, gays, bisexuel-le-s, transgenres, intersexes et autres (ci après, LGBTI+), avec pour slogan " Crossing borders ". Ecolo se réjouit du choix de cette thématique qui aborde deux thèmes chers aux écologistes depuis toujours. A savoir la défense des demandeuses et demandeurs d'asile et de réfugié-e-s, et celle des LGBTI+ et de leurs droits.

Pour un accueil digne des réfugiés fuyant les violences liées à leur identité de genre ou orientation sexuelle

Brussels, Belgium - May 16, 2015: Brussels gay pride festival at the centrum of the city, many people celebrating the day with colorful outfits and fun. © byakkaya

Récemment, le parlement fédéral a adopté à l'unanimité une résolution concernant la situation des homosexuels en Tchétchénie. Nous soutenons fermement cette résolution, mais elle doit être suivie d'actes. Nous demandons donc au Ministre des Affaires étrangères qu'il réclame une enquête internationale et au Secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration d'octroyer des visas humanitaires aux homosexuels tchétchènes qui en feraient la demande.

Cet exemple récent montre à quel point la situation des personnes LGBTI+ est problématique dans de nombreux pays. Si l'homophobie n'a pas disparu en Belgique, elle est instituée, dans de nombreux pays, par le pouvoir en place et par des lois. Pour rappel, une septantaine d'Etats condamnent l'homosexualité avec des peines allant parfois jusqu'à la peine de mort.

Pour Ecolo, au-delà du devoir de protection que notre pays doit avoir pour les personnes LGBTI+ de ces pays, la Belgique doit également protéger celles et ceux qui vivent des situations atroces, malgré l'absence de législation discriminant ou criminalisant les lesbiennes, les gays ou les transgenres. L'absence de telles lois n'empêche pas les persécutions subies par ces personnes dans divers pays. L'examen de leur dossier par les autorités compétentes doit être garanti et minutieux.

Certains demandeurs et demandeuses d'asile sont confronté-e-s à des violences psychiques, verbales ou physiques, une fois en Belgique. Aussi, nous recommandons qu'en termes de genre, l'autodétermination soit appliquée dès l'inscription auprès de l'Office des Etrangers et dans le traitement de la demande d'asile ainsi que de l'accueil. Trop fréquemment, des lesbiennes, des gays et des personnes transgenres sont victimes de violence dans les centres d'accueil. Nous recommandons donc également que le personnel des centres d'accueil soit formé aux questions de genre afin d'être capable de déceler les situations problématiques et de protéger au mieux les personnes victimes de violences verbales et physiques dans ces centres. Par ailleurs, les activités associatives et militantes, et les lieux de rencontre (bars etc) LGBTI+, sont très souvent situés dans des grandes villes. Des moyens doivent être mis à disposition afin que les demandeuses et demandeurs d'asile LGBTI+ puissent se rendre dans ces villes, notamment pour rencontrer les associations.

Concernant les mineurs non-accompagnés, Ecolo insiste pour que la Convention des Droits de l'Enfant soit respectée. En effet, trop de jeunes mineurs sont considérés comme adultes suite à des analyses médicales (osseuses). Ces jeunes sont ensuite renvoyé.e.s dans leur pays. Imaginez un.e jeune LGBTI+ qui se retrouve, de retour au pays, face à ses bourreaux !

Nous l'avons déjà vu par le passé, l'arrivée de personnes réfugiées en Belgique est un élément positif indéniable pour le pays. Les réfugié-e-s font partie intégrante de la société, elles/ils étudient, travaillent, participent à la vie sociale et culturelle du pays. Ecolo insiste pour que les pouvoirs publics garantissent l'inclusion des réfugié-e-s LGBTI+ au sein de la société.

Ecolo fait le voeu que la "communauté" LGBTI+ dans son ensemble s'ouvre à ces demandeuses et demandeurs d'asile et réfugié-e-s. Il est fréquent que ces personnes soient confrontées à des discriminations multiples au sein de la société (et de la part d'autres LGBTI+) : en raison de leur origine, de leur identité de genre, de leur orientation sexuelle, etc. Les LGBTI+ ont un rôle à jouer afin d'aider ces personnes et d'oeuvrer, eux aussi, à leur inclusion au sein de la société et de la "communauté" LGBTI+.

Enfin, Ecolo estime indispensable que l'Union européenne mène une politique volontaire en matière d'asile et d'harmonisation, par le haut, du droit européen en la matière. Les réfugié-e-s LGBTI+ doivent faire partie intégrante de cette politique commune.

Pour toutes ces raisons, Ecolo est signataire de la Charte de la Belgian Pride et défilera le 20 mai, comme chaque année, avec Groen, écolo j et Jong Groen, dans les rues de Bruxelles à l'occasion de cet événement militant - et festif - qu'est la Pride !

*Lesbiennes, gays, bisexuel-le-s, transgenres, intersexes, autres

Zakia Khattabi, co-présidente d'Ecolo

Benoit Hellings, député fédéral Ecolo

Zoé Genot, députée bruxelloise Ecolo, cheffe de groupe

Matthieu Daele, député wallon et à la Fédération Wallonie-Bruxelles

Xavier Wyns, Ecolo Nous Prend Homo (ENPH) et co-président Ecolo Ville de Bruxelles

Geoffrey Roucourt, Ecolo Nous Prend Homo (ENPH) et conseiller communal à Ixelles

Nos partenaires