Périphérie : les chiffres qui affolent la Flandre

16/05/11 à 10:13 - Mise à jour à 10:13

Source: Le Vif

Tous les compteurs sont sur avis de tempête : les non-néerlandophones n'ont pas fini de gagner du terrain flamand.

Périphérie : les chiffres qui affolent la Flandre

© Image Globe

Vlaamse Rand. 400 000 habitants répartis sur 19 communes qui touchent à la Région bruxelloise et/ou à l'une des six communes à facilités linguistiques. Soit : Drogenbos, Crainhem, Wemmel, Wezembeek-Oppem, Linkebeek et Rhode-Saint-Genèse (communes à facilités). Asse, Beersel, Dilbeek, Grimbergen, Hoeilaart, Machelen, Meise, Merchtem, Overijse, Leeuw-Saint-Pierre, Tervuren, Vilvorde et Zaventem. La "périphérie flamande", c'est : 828 habitants au km2, 6,5 % de la population flamande, 3,6 % du territoire flamand.

10 % d'étrangers en "périphérie flamande". Soit le double de la moyenne flamande. La part d'étrangers en Brabant flamand a crû de 62 % entre 1991 et 2008 (Région flamande : + 37 %.) Près d'un Brabançon flamand sur 8 (12 %) n'est pas belge d'origine (2005 : 9,3 %). Près de la moitié de l'exode urbain bruxellois est d'origine étrangère. Les étrangers en périphérie proviennent davantage de l'Union européenne et des Etats-Unis, que du Maroc et de Turquie.

Plus de 40 000 Bruxellois se sont installés en périphérie flamande depuis 1997. L'afflux est le plus important à Vilvorde, Dilbeek et Leeuw-Saint-Pierre. Sur la même période, le Vlaamse Rand a perdu 28 000 habitants : 16 800 vers la Flandre, 11 200 vers la Wallonie. A l'échelle de la province, plus de 30 000 personnes ont quitté Bruxelles pour s'établir en Brabant flamand, de 2005 à 2009. Plus de la moitié d'entre elles n'étaient pas belges d'origine.

60 % des jeunes familles n'utilisent pas le néerlandais en périphérie flamande. Elles sont plus de 75 % dans ce cas dans les communes à facilités (jusqu'à 86 %.) Dans 13 des 19 communes de la périphérie, les mères non néerlandophones sont majoritaires. 49 % d'entre elles parlent avec leurs enfants une autre langue que le français (elles étaient 43 % en 2007.)

Plus de 35 % des élèves du fondamental en périphérie ne parlent pas le néerlandais à la maison. Cette proportion monte jusqu'à 70 % dans les communes à facilités. 4 % des élèves étaient de nationalité étrangère en Brabant flamand durant l'année scolaire 2009-2010.

Boom démographique : + 28 % d'ici à 2060 dans l'arrondissement de Hal-Vilvorde (35 communes). Soit une croissance prévisible presque égale à celle de Bruxelles (+ 29 %). Flandre : + 15 % pour la même période.

Sources : Note de politique 2009-2014 du ministre Bourgeois - "Minorités en Brabant flamand" : rapport 2010 de la province - Bureau fédéral du Plan - rapport Kind & Gezin.

P.HX

Nos partenaires