Pensions : 70 % des Belges sont inquiets

04/11/10 à 16:40 - Mise à jour à 16:40

Source: Le Vif

Telle est la principale conclusion de l'enquête exclusive Le Vif/L'Express/Knack, en partenariat avec Fintro.

Pensions : 70 % des Belges sont inquiets

© Thinkstock

C'est d'abord leur situation financière future qui préoccupe les Belges. Pour 3 sondés sur 5, leur pension légale sera insuffisante pour leur permettre de joindre les deux bouts. Pourtant, 68,2 % des actifs ont confiance dans le fait que les pouvoirs publics pourront continuer à payer leur pension.

On le croit un peu plus dans le sud du pays (88,2 %) qu'au Nord (62 %). Or, globalement, les Belges ne se sont pas bien informés du sort financier qui les attend à la retraite. 45,5 % des sondés avouent ne pas en avoir la moindre idée. Mais, en vue de compenser la perte de revenu, 65 % épargnent dès à présent, 34,7 % assurent qu'ils adapteront leur train de vie à la nouvelle situation, 13,7 % sont disposés à chercher un petit emploi.

L'immobilier constitue également une piste de réflexion pour le futur (41,3 %), comme les assurances de groupe liées au travail (32,1 %). 10 % avouent compter sur des héritages.

Quant à l'âge de la retraite, ils ne sont que 28 % à évoquer le seuil des 65 ans, parmi lesquels une majorité (42 %) de pensionnés ou prépensionnés. En revanche, 37,8 % pensent qu'il serait préférable de raccrocher dès 60 ans. Un peu paradoxalement, 48 % des sondés jugent que l'âge de la pension légal fixé à 65 ans, tant pour les hommes que pour les femmes, est juste.

Que faire de tout ce temps devenu soudainement libre ? Les Belges ne le savent pas précisément. Un sondé sur 4 répond systématiquement qu'il l'ignore complètement. En revanche, 60,9 % des sondés préféreraient ne jamais devoir vivre dans une maison de repos et 16 % s'y opposeront catégoriquement.

L'intégralité du sondage Le Vif/L'Express/Knack, avec Fintro, se trouve dans Le Vif/L'Express du 5 novembre (n° 44).

Pierre Schöffers

En savoir plus sur:

Nos partenaires