Patrick Janssens : Bart De Wever apporte la zizanie à Anvers

18/09/12 à 12:01 - Mise à jour à 12:01

Source: Le Vif

Patrick Janssens s'en est pris vertement à Bart De Wever sur deux chaînes flamandes. Il l'accuse de caricaturer le slogan d'Anvers, "la ville est à tout le monde", et de tenir un discours belliqueux qui ne vise qu'à apporter la zizanie à Anvers.

Patrick Janssens : Bart De Wever apporte la zizanie à Anvers

© Belga

Bart De Wever s'est fendu samedi d'une sortie aussi remarquée que virulente suite à la manifestation anti-islam de Borgerhout. Pour le président de la N-VA, cette flambée de violence est le signe que le slogan d'Anvers, "La ville est à tout le monde", ne veut plus rien dire. "Quand vous dites que quelque chose est à tout le monde, il ne faut pas s'étonner que cela soit traité sans respect". Il a conclu en disant qu'en ce qui le concernait "la ville n'était plus à tout le monde, mais seulement à ceux qui ont fait l'effort d'en faire partie". Pour la N-VA, les débordements de Borgerhout découlent directement d'une politique laxiste de la commune.

Caricature Lors de l'émission Terzake, Janssens a rappelé que le slogan de la ville est vieux de plus de 10 ans. "Si la ville est à tout le monde, cela signifie que tout le monde à la responsabilité d'y apporter sa contribution et que tout le monde y a donc les mêmes chances, mais aussi les mêmes responsabilités. Prétendre que ce slogan signifie que tout le monde peut y faire ce que bon lui semble est bien entendu une caricature. Ce slogan n'est pas venu par hasard, il s'est imposé comme base d'apaisement suite à une période d'intenses dissensions au sein de la ville. Je vous en prie, ne faites pas d'Anvers une ville où règne à nouveau la zizanie".

Peines Selon le bourgmestre l'intervention de la police à Borgerhout était ferme et adaptée. Les 230 manifestants arrêtés seront sanctionnés avec des amendes pouvant aller jusqu'à 250 euros et quatre ont été inculpés. "Je ne comprends pas comment on peut dire que la police a bien fait son travail, mais pas la ville, alors que les deux sont intimement liés" . Janssens précise qu'il ne peut pas garder des gens enfermés durant des mois sans aucune forme de procès et qu'il ne le souhaite pas non plus. "Je ne voudrais pas être le bourgmestre d'une ville qui agirait de cette façon". Selon Janssens, cette sortie de son "rival" doit être imputée aux élections communales du mois prochain. "C'est évident que Monsieur De Wever est en campagne depuis des mois". Il ne comprend pas non plus pourquoi le président de la N-VA s'en prend subitement à la devise de la ville. "Il est depuis 6 ans dans le conseil communal et je ne l'ai jamais entendu dire quelque chose de négatif sur ce sujet. Une ville se gère dans le bien-vivre ensemble et pas en semant la zizanie au sein de ses habitants".

Un discours belliqueux

La sortie de Bart De Wever a aussi choqué Wouter Van Besien, le président de Groen et bourgmestre du district Borgerhout. "Bart De Wever sait très bien ce qu'il fait, c'est un très bon communicant. En disant que la ville n'est pas à tout le monde, ce qu'il veut dire en réalité c'est qu'il va éjecter une partie de la ville. A mes yeux ce genre de sortie est dans la droite ligne de ce que le Vlaams Belang dit depuis 30 ans. C'est un discours belliqueux qui pousse les gens à se battre entre eux". Pour Van Besien, les troubles sont dus à un petit groupe d'extrémistes. "Des gens qui seront punis, il n'y a pas la moindre discussion là-dessus".

(TV)

En savoir plus sur:

Nos partenaires