MR : incompréhension entre une base très conservatrice et des élites partisanes d'une doctrine progressiste

15/12/15 à 10:39 - Mise à jour à 11:19

Source: Le Vif/l'express

Unique parti de droite en Belgique francophone, le Mouvement réformateur voit déferler avec sérénité cette vague réactionnaire : sans concurrent sérieux, il peut facilement en canaliser l'énergie. Sans se laisser submerger.

"Chez moi, il y a un échevin, il ne se tient plus. Chaque fois qu'il parle de réfugiés, de sécurité ou d'islam, je dois lui faire fermer sa gueule ! " La confidence, bien entendu anonyme, vient d'un bourgmestre réformateur. Elle résume brutalement cette manière d'incompréhension qui pourrait, au MR, survenir entre une certaine base, électorale et militante, aux aspirations très conservatrices, et des élites partisanes que la doctrine libérale, historiquement progressiste, devrait empêcher de combler. Mais personne ne s'en inquiète trop. " Clairement, nous ne sommes pas conservateurs. Moi, je ne pourrais pas, au niveau européen, siéger avec les amis de Berlusconi ou de Viktor Orban, je me revendique fièrement du groupe libéral ", ironise Olivier Chastel, qui ne manque jamais une occasion de rappeler que le CDH, lui, partage avec cette droite dure les bancs du PPE à Strasbourg et à Bruxelles.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires