Les ONG à pied d'oeuvre au parc Maximilien

13/09/15 à 15:25 - Mise à jour à 15:25

Source: Belga

Oxfam s'est engagé à s'occuper de la coordination de la distribution des vêtements dans le Parc Maximilien, tandis que Médecins du Monde assure entre 150 et 200 consultations médicales par jour.

Les ONG à pied d'oeuvre au parc Maximilien

© Belga Image

Oxfam s'est engagé à s'occuper de la coordination de la distribution des vêtements dans le Parc Maximilien dans un souci de contribuer à l'élan de solidarité qui est né en Belgique face à l'afflux de réfugiés, a indiqué dimanche Julien Lepeer, contact presse d'Oxfam. Le campement, situé en face de l'Office des Etrangers et qui accueille entre 800 et 1.000 réfugiés dont essentiellement des Syriens, Irakiens et Erythréens, a été mis sur pied par des bénévoles il y a une dizaine de jours.

"Lundi dernier, la plate-forme citoyenne qui gère le campement nous a demandé d'assurer le tri et la distribution des vêtements. Oxfam gère plusieurs magasins d'habits de seconde main et a une certaine expertise dans le tri de vêtements, qui peux apporter une plus-value à la plate-forme", a indiqué Julien Lepeer contact presse d'Oxfam.

"Au départ et pour pallier au plus urgent, Oxfam a utilisé sa propre réserve de vêtements déjà triés mais actuellement, nous sélectionnons uniquement des vêtements donnés. Un particulier a mis lundi un stock assez important de vêtements à la disposition de la plate-forme citoyenne. Ces vêtements sont entreposés dans un bâtiment près de Tour et Taxis, où leur tri est organisé avant qu'ils soient ramenés au campement, où une sélection est difficile à effectuer en raison des conditions météorologiques", a-t-il ajouté.

Oxfam a engagé deux personnes pour encadrer les bénévoles qui gèrent le stock de vêtements et leur distribution. L'organisation entend également inscrire cette initiative dans le cadre de son action internationale, notamment en Syrie et dans les pays voisins, ainsi qu'en Europe.

Entre 150 et 200 consultations assurées par Médecins du Monde

Par ailleurs, entre 150 et 200 consultations sont assurées au quotidien par Médecins du Monde, qui assure une permanence médicale 24 heures sur 24 au parc Maximilien.

Les équipes médicales de Médecins du Monde, qui prennent en charge l'aspect sanitaire et médical du plan d'urgence pour les demandeurs d'asile qui passent la nuit devant l'Office des Étrangers, comprennent des médecins, infirmières, accueillants et traducteurs.

"Les pathologies que nous rencontrons sont assez classiques et attendues compte-tenu des conditions de vie dans le campement. Parmi les nouveaux arrivants, les symptômes les plus fréquents sont des problèmes musculaires ou de peau liés au voyage. Nous avons également constaté chez quelques personnes des blessures plus sérieuses dues à des altercations avec les forces de l'ordre ou le franchissement de fils barbelés en Hongrie", a indiqué Jonathan Hardenne, attaché de presse de Médecins du Monde.

"La mauvaise météo de ces derniers jours provoque aussi un nombre grandissant de maladies des voies respiratoires telles que des pharyngites et trachéites. Les patients présentant des symptômes plus sérieux sont quant à eux dirigés vers des hôpitaux. Des psychologues sont également présents dans nos équipes mais il est encore trop tôt pour établir un premier bilan d'observations psychologiques. On constate néanmoins que les traumatismes psychologiques sont plus importants que les problèmes physiques", a-t-il poursuivi, avant d'appeler le fédéral à prendre des mesures.

"Médecins du Monde maintiendra son engagement aussi longtemps qu'il le sera nécessaire mais chaque jour où nous sommes présents est un jour de trop. La situation n'est pas acceptable pour un pays comme la Belgique", a-t-il conclu.

En savoir plus sur:

Nos partenaires