Les dangers d'un sms au volant

29/07/14 à 14:55 - Mise à jour à 14:55

Source: Le Vif

L'Institut belge pour la sécurité routière (IBSR) a présenté mardi sa nouvelle campagne visant à sensibiliser les conducteurs aux risques liés à l'utilisation du GSM au volant. Baptisée "Bip! Bip! Boum! Boum!", l'action sera lancée le 4 août via 650 panneaux le long des autoroutes, un site internet et un film vidéo, a annoncé l'institut au cours d'une activité de sensibilisation à ce sujet tenue à la foire du Midi.

Les dangers d'un sms au volant

© Belga

L'IBSR avait mené sa première campagne sur le GSM au volant en l'an 2000, "à une époque où il y avait quatre fois moins de GSM en circulation". De plus, les appareils de l'époque ne disposaient pas de toutes les fonctions prises aujourd'hui en charge par les smartphones. "Chaque fois que vous croisez une trentaine de voitures, l'une d'entre elles est conduite par une personne qui manipule son GSM", indique l'IBSR, sur base d'une étude menée fin 2013. Or, ce comportement génère de nombreux risques. Selon la Fondation néerlandaise pour l'étude scientifique de la sécurité routière, un conducteur en train de rédiger un SMS court 23 fois plus de risques qu'un automobiliste concentré sur la route. L'utilisation du téléphone affecte en effet les capacités cognitives, visuelles, physiques et auditives de la personne au volant. Son temps de réaction augmente ainsi de 30 à 70% tandis que les trajectoires qu'elle emprunte sont bien moins précises.

Pour rappeler aux automobilistes les principes de sécurité élémentaires dans ce domaine, l'IBSR a ouvert le site www.bipbipboumboum.be. Celui-ci contient de nombreuses informations sur les risques d'utilisation du GSM au volant ainsi que divers conseils. Quelque 650 affiches de la campagne seront disposées le long des autoroutes et 250 autres à l'arrière de poids lourds. "Une prise de conscience des dangers de l'utilisation du GSM au volant est dès lors essentielle si l'on veut éviter une multiplication des accidents", conclut l'IBSR.

En savoir plus sur:

Nos partenaires