Les braqueurs s'orientent de plus en plus vers les petits commerces

13/04/12 à 19:03 - Mise à jour à 19:03

Source: Le Vif

Les braqueurs s'en prennent de plus en plus aux petits commerces, constate le Syndicat neutre pour indépendants (SNI). Les plus fortes progressions du nombre d'attaques entre 2010 et 2011 ont été relevées sur des pharmacies (+7%), magasins de nuit (+11%), bijouteries(+11%), friteries (+39%) et magasins de stations-service (+50%).

Les braqueurs s'orientent de plus en plus vers les petits commerces

© Thinkstock

Tous commerces confondus, les attaques armées ont certes diminué de 3% en un an mais les petits commerçants ne sont pas à la fête.

"Ces dernières années, on a constaté un changement de stratégie dans le chef des malfrats", explique Christine Mattheeuws, présidente du SNI. "Après avoir délaissé les transports de fonds pour les grandes surfaces et les banques, les braqueurs ont constaté que ces dernières devenaient de plus en plus sécurisées. Ils ont alors cherché d'autres victimes, plus faciles, et où le cash est directement accessible", poursuit-elle.

Entre 2010 et 2011, les attaques à main armée ont diminué de 20% dans les grandes surfaces alors que cette diminution est de 60% dans les banques, selon les chiffres avancés par le SNI. Les commerces de détail ont, eux, essuyé 1.040 attaques l'an dernier contre 982 en 2010. L'attaque à la voiture bélier est en outre un modus operandi de plus en plus en vogue sur ces petits commerces.

Afin de protéger au mieux les commerces de détail, le SNI propose d'augmenter la réduction fiscale pour les investissements de sécurisation et de réduire les charges liées aux systèmes de paiements électroniques. "Même si 40% des commerçants disposent d'un terminal de paiement électronique, les paiements en liquide demeurent la norme" dans ce type de commerce, constate-t-on.

Enfin, estimant à 80% la proportion de braquages exécutés par des récidivistes, le SNI souligne que la justice devrait être plus sévère à l'égard des braqueurs.

LeVif.be, avec Belga.

En savoir plus sur:

Nos partenaires