Le syndicat chrétien se distancie du mouvement ouvrier chrétien flamand

18/02/13 à 12:36 - Mise à jour à 12:36

Source: Le Vif

Les leaders du syndicat chrétien flamand ACV se distancient ouvertement de leur organisation mère l'ACW (l'aile flamande du mouvement ouvrier chrétien). Celle-ci englobe une douzaine d'associations chrétiennes dont l'ACV et la mutualité chrétienne qui compte 4,5 millions d'affiliés en Belgique. L'organisation est accusée par la N-VA de fraude fiscale commise avec les parts bénéficiaires de Belfius dont elle disposait.

Le syndicat chrétien se distancie du mouvement ouvrier chrétien flamand

© Belga

Dans un e-mail interne aux membres cadres du syndicat, le président Marc Leemans et le secrétaire général Claude Rolin de l'ACV qualifient les agissements de l'ACW de "pratiques répréhensibles". L'e-mail en question, dont De Morgen publie des extraits, a été envoyé suite aux violentes critiques de fraude fiscale à l'égard de l'organisation mère ACW.

"L'ACW a elle-même catégoriquement nié les accusations. Il est clair que même si seulement une partie des accusations à l'égard de l'ACW s'avère fondée, il s'agit de pratiques répréhensibles, que l'ACV désapprouve absolument" déclarent les deux leaders du syndicat dans le journal De Morgen.

Lutte pour une fiscalité juste

Le syndicat s'attend à ce que le mouvement ouvrier chrétien flamand collabore pleinement avec l'Inspection Spéciale des Impôts (ISI). "En tout cas, l'ACV exige les explications nécessaires de l'ACW. Parce que l'ACV lutte depuis des années pour une fiscalité juste. Aussi, l'ACV s'attend à ce que l'ACW se plie à ces principes".

Enfin, les leaders du syndicat se distancient formellement en déclarant dans De Morgen. "Et pour être tout à fait clair : même si certains confondent AVC et ACW, l'ACV n'est d'aucune façon lié à la société Sociaal Engagement (une société coopérative à responsabilité limitée mise sur pied quelques jours avant que l'ACW ne se voie attribuer les 300.000 parts bénéficiaires, ndlr) ni aux parts bénéficiaires."

Le parti politique chrétien-démocrate flamand CD&V se détache également du mouvement ouvrier flamand. En effet, les accusations ternissent l'image des politiques du parti et en particulier celle du ministre des Finances Steven Vanackere, lui-même "étiqueté" ACW, qui a déclaré ce week-end dans De Standaard et Het Nieuwsblad se sentir "trahi".

Le chef de groupe CD&V Raf Terwingen de la Chambre a quant à lui déclaré dimanche dans l'émission de la VRT "De Zevende Dag" que "la mentalité coopérative de l'ACW est incompatible avec la haute finance."

En savoir plus sur:

Nos partenaires