Le Roi s'est opposé à de nouvelles élections

05/05/11 à 07:02 - Mise à jour à 07:02

Source: Le Vif

Le roi Albert ne va pas signer d'arrêté pour la tenue de nouvelles élections. "Ils n'ont qu'à se débrouiller (...). Ils peuvent encore négocier pendant cinq mois s'ils le veulent", aurait déclaré le souverain à un président de parti il y a quelques mois.

Le Roi s'est opposé à de nouvelles élections

© Belga

Alors que surgissaient des rumeurs sur de nouvelles élections à la suite de l'enlisement des négociations, le roi Albert aurait déclaré : "Je n'autoriserai pas cela".

Les propos du Roi sont rapportés dans le livre "Belgique, un roi sans pays", des journalistes Steven Samyn et Martin Buxant, qui paraît ce jeudi. Le roi Albert aurait tenu ce discours le 7 octobre 2010 à l'adresse d'un président de parti qui avait été reçu au palais. Le roi s'est prononcé alors qu'il venait d'entendre, d'après ce politicien, que la N-VA et le PS n'excluaient pas totalement de nouvelles élections. "Je n'autoriserai pas cela", aurait donc déclaré le souverain.

Le Palais royal dénonce le livre

Le Palais royal a dénoncé la publication dans plusieurs journaux d'extraits du livre faisant état d'entretiens du roi Albert II, y voyant une rupture du colloque singulier ainsi que des "inexactitudes manifestes".

Les quotidiens La Libre Belgique, De Morgen et Het Laatste Nieuws ont publié des extraits du livre "Belgique, un roi sans pays", ce matin.

Ces extraits mentionnent notamment des entretiens que le roi Albert II a eus en colloque singulier avec les présidents de partis politiques. "Le Palais Royal regrette que la discrétion du colloque singulier ne soit pas respectée. Cette discrétion a pour but de permettre au Chef de l'Etat de remplir sa fonction", a réagi le Palais dans un communiqué.

Selon lui, certains des extraits publiés "comportent des inexactitudes manifestes, notamment sur les entretiens du 16 juin et du 8 octobre 2010".

L'extrait du 16 juin publié jeudi dans la presse a trait à la rencontre entre le roi et le président de l'Open Vld Alexander De Croo. Il fait état d'un entretien "houleux" entre les deux hommes et sur la responsabilité du libéral flamand dans la chute du gouvernement Leterme II en avril 2010.

L'extrait du 8 octobre concerne la désignation du président de la N-VA Bart De Wever comme "chargé de mission" royal et le caractère plus ou moins sérieux lié à ce titre.

Levif.be avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires