Le recteur de l'ULg condamne une activité de baptême aux relents antisémites

20/10/14 à 13:19 - Mise à jour à 13:28

Source: Belga

Le recteur de l'université de Liège (ULg), Albert Corhay, condamne l'activité de baptême sur le thème du conflit israélo-palestinien, organisée par le comité de philo et lettres. Les étudiants concernés seront convoqués dans les prochains jours.

Le recteur de l'ULg condamne une activité de baptême aux relents antisémites

© Belga

Le thème de la "bleusaille" qui devait être organisée mardi à Liège par le comité de baptême de philo et lettres, incitait notamment les "bleus", surnommés les "petits Palestiniens", à réussir durant la soirée à "éviter le grand méchant Juif et à retrouver [leurs] pénates heureux et entiers (si possible)".

Le recteur de l'ULg dit lundi avoir pris connaissance de cette invitation "avec consternation" ce week-end et a pris contact avec les organisateurs de la soirée et l'Association des étudiants juifs de Belgique. Il a exigé l'annulation de la soirée et la suppression de toute publicité pour celle-ci. Il a demandé à ce que des excuses soient officiellement formulées. "L'université de Liège ne peut accepter une telle dérive dans l'organisation d'une activité folklorique", affirme-t-il. "Il ne peut être question de se retrancher ici derrière l'humour ou la dérision.

La nature de l'activité est tout simplement indigne, et passible de peines disciplinaires en vertu du règlement des études de l'université." Sans anticiper sur d'éventuelles suites données à cette affaire, Albert Corhay convoquera dans les prochains jours les étudiants du comité incriminé "pour les mettre face à leurs responsabilités". Après la diffusion de l'invitation à cette soirée de baptême, l'Association des étudiants Juifs de Belgique avait dénoncé cette "vision manichéenne et antisémite du conflit israélo-palestinien".

Le comité de philo et lettres a présenté ses excuses dans un communiqué et a expliqué avoir voulu moquer une "vision simpliste" du conflit qui est "souvent offerte dans les médias".

En savoir plus sur:

Nos partenaires