Le Groupe des 10 tente de dégager un accord sur les pensions complémentaires

14/10/15 à 14:21 - Mise à jour à 09/12/15 à 19:13

Source: Belga

Les employeurs et syndicats réunis au sein du Groupe des 10 tentent à nouveau de trouver un accord mercredi sur l'épineux dossier du rendement garanti des pensions complémentaires. Mais d'autres dossiers figurent également sur la table.

Le Groupe des 10 tente de dégager un accord sur les pensions complémentaires

© Belga

Les partenaires sociaux se retrouvent après avoir échoué vendredi dernier à dégager un compromis, les divergences entre les syndicats et les employeurs étant alors trop importantes. Mais le gouvernement a décidé de laisser du temps supplémentaire aux partenaires sociaux.

Le coeur de la discussion porte sur le rendement garanti des pensions complémentaires. Actuellement, la loi de 2003 prévoit un rendement minimum (3,25% sur les contributions patronales et 3,75% sur les contributions personnelles du travailleur) que les assureurs jugent intenables dans le contexte de faiblesse persistante des taux d'intérêts.

"C'est un raisonnement qui ne tient compte que du court terme", estime toutefois Marie-Hélène Ska, secrétaire générale de la CSC, rappelant l'importance du dossier alors que les réserves constituées dans le cadre des pensions complémentaires se montent à quelque 40 milliards d'euros.

Les syndicats rappellent que les 1,5 million de travailleurs qui bénéficient d'une pension complémentaire ont accepté de renoncer à une partie de leur salaire à court terme pour un "salaire différé" qui prend la forme d'un complément de pension. Il est donc essentiel que le rendement garanti soit suffisamment élevé pour couvrir au minimum l'inflation et pour que le système reste attractif, souligne-t-on dans les rangs syndicaux.

D'autres dossiers importants figurent également au menu de cette réunion du Groupe des 10. Des discussions ont également trait à la question de la reprise du travail après une période d'incapacité, aux travailleurs à temps partiel qui bénéficient d'une allocation de garantie de revenus (AGR) ou aux fins de carrière et à la disponibilité.

Selon Marie-Hélène Ska, "l'objectif est d'obtenir un accord sur l'ensemble de ces dossiers".

Nos partenaires