"Le confédéralisme positif plutôt que le con-séparatisme déguisé de la N-VA"

17/11/13 à 09:16 - Mise à jour à 09:16

Source: Le Vif

Le CD&V a à nouveau pris ses distances envers les projets institutionnels de la N-VA pour la Belgique. Au "con-séparatisme déguisé" des nationalistes flamands, les démocrates-chrétiens flamands opposent leur "confédéralisme positif", a expliqué samedi le ministre-président flamand Kris Peeters à l'occasion d'un congrès du CD&V à Lommel qui a rassemblé quelque 3.500 membres.

"Le confédéralisme positif plutôt que le con-séparatisme déguisé de la N-VA"

© IMAGEGLOBE

A six mois du maxi-scrutin de mai prochain, le parti de Wouter Beke entend se focaliser sur des "réponses humaines à des défis réels", plutôt que de verser dans la "froideur d'un nirvana idéologique".

Au cours de ce congrès programmatique, les membres ont passé en revue une centaine de pages de programme, fruit d'un long travail de réflexion interne mené ces derniers mois et baptisé 'Innesto'.

Plusieurs idées qui avaient émergé au cours de ce brainstorming sont passées à la trappe samedi, comme le raccourcissement des vacances d'été à six semaines pour les enfants, ou la création d'un arrondissement électoral fédéral. En revanche, l'obligation scolaire dès l'âge 3 ans a été préservée parmi les volontés programmatiques du CD&V.

Le parti ambitionne aussi d'en finir, à terme, avec le statut de fonctionnaire. Il préconise aussi de faire davantage payer l'usage de la voiture et d'introduire un permis à points.

"Une main tendue plutôt qu'un poing fermé"

Chacune des propositions a été mesurée à l'aune de son apport pour les personnes, a insisté Wouter Beke. "Nous ne voulons pas laisser les gens à leur sort, mais nous ne voulons pas non plus les intimider avec un Etat qui réglerait tout", s'est-il justifié.

Ainsi, les allocations et indemnités sociales doivent être des "investissements", a-t-il notamment défendu.

"Avec Innesto, nous avons montré une fois de plus la valeur du dialogue, la force de la coopération", s'est félicité M. Peeters. "C'est cette force-là qui apportera le vrai changement".

Pour le ministre-président flamand, le CD&V est un parti politique qui refuse "le cynisme et le négativisme".

"Nous ne nous arrêtons pas à citer les problèmes, mais nous formulons également des réponses fortes. Nous préférons (offrir) une main tendue (plutôt) qu'un poing fermé, la certitude du progrès plutôt que le chaos du blocage", a-t-il ajouté.

En savoir plus sur:

Nos partenaires