Le cdH se mêle à la guéguerre fiscale entre MR et PS

22/03/14 à 16:33 - Mise à jour à 16:33

Source: Le Vif

Le cdH a dénoncé samedi le "fiasco fiscal" dont témoignent, d'après lui, les propos que se sont échangés le PS et le MR à propos d'une future réforme fiscale.

Le cdH se mêle à la guéguerre fiscale entre MR et PS

© Belga

"On a l'impression d'assister en ce début de campagne à un fiasco fiscal. Il y en a qui oublient d'être crédibles et d'autres qui oublient les classes moyennes et les familles", a souligné le secrétaire d'Etat Melchior Wathelet.

Selon Melchior Wathelet, le plafonnement mis par le MR sur le relèvement de la quotité exonérée d'impôt fera en sorte que les personnes qui gagnent plus de 70.000 euros seront taxées à plus de 50%. "Nous avions dit que ce n'est pas payable et, aujourd'hui, le MR fait marche arrière. C'est un fiasco et, à voir le PS et le MR se taper l'un sur l'autre, on se dit que les deux veulent entourer d'une nébuleuse leurs propositions pour éviter qu'on essaie d'en mesurer les effets", a regretté M. Wathelet.

Le secrétaire d'Etat a mis en avant la "révolution fiscale" préconisée par son parti qui, dit-il, est crédible et juste.

MR et PS se déchirent

Le MR a dénoncé ce samedi la "caricature" qu'avait esquissée dans un communiqué le sénateur PS Ahmed Laaouej à propos de la réforme fiscale proposée par les libéraux.

Le projet fiscal du MR, qui vise à exonérer d'impôt les 13.000 premiers euros, prévoit un plafond, dans une fourchette de 50 à 70.000 euros de revenus par an, indique samedi son président Charles Michel dans Le Soir, une précision vue comme un revirement par le PS qui estime dans un communiqué que "le MR n'est plus crédible".

Dans un communiqué, le sénateur Ahmed Laaouej, 4e candidat sur la liste PS pour la Chambre à Bruxelles, constate que le président du MR, fait une "véritable marche arrière fiscale". Ce qu'il annonce dans Le Soir est "le contraire de ce que le même Charles Michel déclarait notamment dans Sudpresse encore à la veille de leur congrès de décembre". Ce "virage complet" dans la réforme fiscale du MR prouve que les réformateurs avaient "largement sous-évalué l'impact budgétaire de leurs promesses", fait observer le spécialiste fiscal du PS. Ahmed Laaouej se demande dès lors "qui peut encore croire à ce parti? ".

Pour le candidat PS, "soit le MR s'est complètement trompé dans ses calculs, ce qui est grave ; soit il a délibérément menti aux électeurs, ce qui est encore plus grave. En tout état de cause, pour un parti qui a eu en mains les finances de l'Etat pendant 10 ans, c'est un échec retentissant", assène-t-il.

Le programme fiscal du Mouvement réformateur a été fort critiqué ces dernières semaines notamment par la KUL. On lui a reproché son coût et le fait qu'il favorisera les hauts revenus.

"Le PS a décidé de remplacer le débat politique par le mensonge" "Cela démontre ni plus ni moins la panique qui règne au PS. Ils constatent à quel point le MR est déterminé à faire réussir sa réforme fiscale", a rétorqué le porte-parole du parti libéral. Le MR n'a jamais caché que sa réforme visait d'abord les bas et moyens revenus. "Nous sommes le bouclier de la classe moyenne. Bien sûr, cela ne concerne pas le salaire du sénateur Laaouej", a encore ajouté le porte-parole.

Le MR déplore cette nouvelle attaque du PS contre son projet de réforme fiscale. "Le PS a décidé de remplacer l'argumentation honnête et le débat politique par le mensonge", estime le MR.

En savoir plus sur:

Nos partenaires