Le CD&V pense à raccourcir les vacances d'été et imposer l'école dès 4 ans

02/05/13 à 16:00 - Mise à jour à 16:00

Source: Le Vif

A l'approche des élections programmées l'an prochain, le CD&V suggère de réduire à six semaines les vacances scolaires d'été et rendre l'école obligatoire dès l'âge de quatre ans, contre six aujourd'hui.

Le CD&V pense à raccourcir les vacances d'été et imposer l'école dès 4 ans

© Belga

A l'approche des élections de l'an prochain, et dans un effort de renouveau programmatique, le CD&V a suggéré jeudi de réduire à six semaines les vacances scolaires d'été et rendre l'école obligatoire dès l'âge de quatre ans, contre six aujourd'hui.

Ces propositions novatrices n'en sont encore qu'au stade de pistes qui devront être confirmées lors du congrès électoral du parti prévu en fin d'année. Le parti chrétien-démocrate flamand préconise de réduire les vacances scolaires d'été pour des considérations pédagogiques.

"Durant les deux mois de vacances actuels, les élèves forts manquent de défis, tandis que les élèves moins forts accumulent un retard", argumente Hamid Riffi, membre du CD&V à Malines chargé d'élaborer le programme du parti en matière d'enseignement. Le CD&V aimerait aussi allouer des bourses pour encourager les élèves du secondaire à étudier à l'étranger, et rendre l'enseignement obligatoire dès l'âge de 4 ans.

De plus, pour lutter contre la pauvreté infantile, les chrétiens-démocrates flamands prônent une différenciation des allocations familiales en fonction des revenus des parents. Ces idées, et bien d'autres, s'inscrivent dans le processus "Innesto" de renouveau programmatique lancé par le CD&V. Ces idées seront présentées durant ces prochains mois à 30.000 personnes avant d'être soumises à un congrès du parti, en novembre prochain.

Le CD&V, qui attend beaucoup de la sixième réforme de l'Etat, notamment en matière d'emploi, défend par ailleurs la création d'un statut unique pour les employés, les ouvriers et les fonctionnaires. "La nomination statutaire pour des emplois de la fonction publique doit disparaître à terme", juge son président, Wouter Beke. Selon lui, pareille mesure ne minera pas la sécurité d'emploi des fonctionnaires: "Celui qui travaille bien est certain de garder son job". Le CD&V entend aussi revoir l'évolution des rémunérations à l'avenir.

Celles-ci ne devraient plus être déterminées sur base de l'ancienneté, mais en fonction des compétences et des prestations, juge le parti. Lequel entend aussi stimuler la mobilité professionnelle en levant par exemple les obstacles aux passages entre le secteur privé et la fonction publique notamment.

En savoir plus sur:

Nos partenaires