La Wallonie est toujours gravement malade

18/09/13 à 09:56 - Mise à jour à 09:56

Source: Le Vif

Dans quel état se trouve la Wallonie aujourd'hui ? Nos confrères du Knack se sont penchés sur la question en étudiant un certain nombre de thèmes clés. La conclusion est tout sauf réjouissante : malgré certains signes prometteurs, la Wallonie est toujours gravement malade. "La cause de la pauvreté est simple : il n'y a tout simplement pas de boulot."

La Wallonie est toujours gravement malade

© Reporters

Sur le plan du chômage, la situation en Wallonie est "très inquiétante" déclare Luc Sels, professeur en économie à la KU Leuven. "Le chômage en Région wallonne est beaucoup plus élevé qu'en Région flamande : un Wallon sur dix âgé entre 15 et 64 ans est au chômage contre moins d'un Flamand sur vingt. Certaines zones en Wallonie affichent des chiffres aussi dramatiques que certaines régions d'Europe méridionale.

La qualité de l'enseignement francophone laisse également à désirer. "La qualité est médiocre et cette donnée a été niée pendant longtemps" déclare Dirk Jacobs, professeur en sociologie à l'ULB. "Près de 15 pour cent, des élèves quittent l'école sans diplôme d'enseignement supérieur. C'est un chiffre élevé sur le plan international. Les prestations de l'enseignement francophone sont très moyennes et la politique d'égalité des chances est un échec. La Flandre dépense 13 pour cent de plus par élève par an que les francophones. En outre, ces moyens financiers sont utilisés à meilleur escient".

En Wallonie, le risque de pauvreté est beaucoup plus élevé qu'en Flandre. La situation est particulièrement fâcheuse auprès des jeunes et de la population active.

"La cause de la pauvreté est simple : il n'y a tout simplement pas de boulot" déclare Claude Emonts, le président du CPAS de Liège et de la fédération des CPAS wallons. "Les gens que nous recevons à Liège crient souvent littéralement, pour avoir du travail. Ces gens feraient n'importe quoi, mais il n'y a tout simplement pas de travail pour les chômeurs peu qualifiés. On ne peut pas engager un charpentier au chômage depuis des années pour fabriquer des pièces d'avion".

"Le plan Marshall du gouvernement wallon fait vraiment bouger certaines choses" ajoute Emonts. "Il offre une lueur d'espoir. Mais pour les gens avec qui nous travaillons, le grand groupe de Wallons qui vivent dans la pauvreté, le désespoir total reste leur lot quotidien".


EWP/HRE/JVB

En savoir plus sur:

Nos partenaires