La vengeance des banques

07/10/16 à 10:18 - Mise à jour à 10:37

Source: Le Vif/l'express

Les politiques ont fait payer aux banquiers leur comportement "irresponsable" de 2008. En retour, le secteur dénonce un étranglement coupable qui expliquerait la restructuration brutale d'ING. Entre bras de fer politico-économique et course éperdue au profit, voici les vraies raisons d'un drame social.

"Nous garantissons qu'aucun client, aucun épargnant, ne sera laissé dans la difficulté. " Il est midi, le vendredi 26 septembre 2008, lorsque Yves Leterme, Premier ministre CD&V, fait face à la presse, entouré des vice-Premiers, Didier Reynders (MR) et Laurette Onkelinx (PS). Ils ont la mine des mauvais jours. Fortis, la première banque belge, est en train de s'écrouler. La crise des subprimes, ces emprunts risqués venus des Etats-Unis, et le rachat gargantuesque des Néerlandais d'ABN Amro ont plongé la maison dans une crise de liquidités grave. L'Etat belge est appelé au secours. Au terme d'un week-end d'une nervosité jamais vue, 11,2 milliards d'euros sont injectés par les gouvernements du Benelux. Et ce n'est qu'un début...
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires