La presse est-elle passée en mode Judas?

30/12/12 à 09:30 - Mise à jour à 09:30

Source: Le Vif

Frédéric Deborsu et Question(s) royale(s), SudPresse et la rencontre Lejeune-Martin, les photos des victimes de Sierre publiées dans deux quotidiens flamands... Les médias écrits belges n'ont-ils désormais plus ni foi ni loi?

La presse est-elle passée en mode Judas?

© Image Globe

Quelle année pour la presse ! Des chiffres alarmants, pour pratiquement tous les quotidiens, surtout francophones. La mort de Newsweek version papier. La décision de tenir un procès (l'an prochain) contre deux anciens rédacteurs en chef de News of the World pour écoutes téléphoniques de 400 personnes. Le débat houleux autour des caricatures de Mahomet publiées par Charlie-Hebdo en pleine hystérie intégriste déclenchée par le film L'innocence des musulmans. Et, en Belgique, trois grosses polémiques, emblématiques de la méfiance croissante des citoyens à l'égard "des médias", accusés/soupçonnés de choisir désormais délibérement d'attiser ou créer la polémique et de suivre "les tendances" (le buzz, le sport, les télécrochets) plutôt que d'informer:

- après la catastrophe de Sierre, en mars, Het Laatste Nieuws et Het Nieuwsblad publient les photos des enfants victimes de l'accident d'autocar. Des photos reprises de comptes Facebook sans aucune autorisation des familles;

- la parution du livre Question(s) royale(s), en octobre, signé Frédéric Deborsu (RTBF), dont les réponses apparaissent souvent comme des allusions, des insinuations, des condensés de rumeurs bien davantage que des faits, des preuves, des révélations;

- la publication par SudPresse, en novembre, d'extraits de la rencontre secrète entre Jean-Denis Lejeune et Michelle Martin; extraits obtenus de façon hautement suspecte (le téléphone d'un des médiateurs serait tombé, resté à terre durant 57 minutes et aurait rappelé accidentellement, dans sa chute, le numéro d'un journaliste du groupe de presse régionale).

Dans deux des trois cas (Sierre et Deborsu), le Conseil de déontologie journalistique (CDJ) a été saisi, au milieu d'empoignades publiques. Lequel CDJ confie au Vif/L'Express qu'il a "de plus en plus de travail", sans qu'on puisse à ce stade déterminer si c'est pour la simple raison qu'il n'existe que depuis trois ans (et donc, sa notoriété augmentant, il sera toujours davantage sollicité) ou si c'est pour un motif autrement plus préoccupant: parce que les médias belges prennent de plus en plus de libertés avec les règles déontologiques. Quand même, rappelle André Linard, secrétaire-général du CDJ: "Plus on s'éloigne de l"info de qualité, parce qu'on a choisi cette voie-là, plus on aura tendance à s'écarter des principes déontologiques de base."

Thierry Fiorilli

>>> Retrouvez le dossier complet 2012, l'année de toutes les trahisons, dans Le Vif/L'Express de cette semaine (en vente pendant un mois).

Sur le même thème des trahisons :

- Elio Di Rupo a-t-il trahi la gauche?

- Mittal et Ford ont-ils trahi Liège et Genk?

- Lance Armstrong a-t-il trahi le cyclisme ?

- Les islamistes ont-ils trahi la révolution ?

- L'Europe a-t-elle trahi la solidarité ?

- Le Congo, terre de toutes les trahisons

En savoir plus sur:

Nos partenaires