L'hôpital au milieu de nulle part du CDH

15/08/15 à 13:11 - Mise à jour à 13:11

Source: Le Vif

Marchandage, guerre des clans, bataille d'experts... La création d'un gigantesque hôpital public, en rase campagne, déchaîne les passions en province de Luxembourg. Le CDH a-t-il dicté l'avenir des soins de santé de toute une région au profit du fief de son président Benoît Lutgen ?

L'hôpital au milieu de nulle part du CDH

© AURORE BELOT/BELGAIMAGE POUR LE VIF/L'EXPESS

C'est une brèche dans l'espace-temps de la province de Luxembourg. Quelque part entre Libramont et Arlon, non loin de l'E411, sur 25 hectares de terres. Personne ne sait encore où exactement. Ni ce qu'elle va coûter précisément à la collectivité. Environ 225 millions d'euros, affirment les plus optimistes. Plus de 390 millions d'euros, dénoncent ses détracteurs. Vivalia 2025, tel est son nom de code, annonce la création d'un hôpital public unique de 600 lits pour le centre-sud de la province, au départ de rien. Dans les dix prochaines années, le secteur des soins de santé est appelé à y subir une réforme drastique, réduisant les infrastructures existantes d'Arlon, Libramont et Bastogne au rang de "proxicliniques", couplées à un service de "proxiurgences". Entre les rumeurs et les semi-vérités, une certitude s'impose à ce stade : des intérêts politiciens ont dicté la stratégie adoptée par Vivalia, l'intercommunale 100 % publique en charge des soins de santé pour toute la province. Ces mêmes intérêts fermeront la marche d'ici quelques années. Laborieusement, au terme d'une fièvre accentuée par l'affrontement usant des technocrates de la médecine du futur. La querelle dure depuis 2009. Vivalia, le plus gros employeur public de la province avec 3 800 travailleurs, voyait alors le jour au départ d'une ambition louable visant à établir des synergies entre les pôles hospitaliers. Six ans plus tard, les nuages noirs s'amoncellent au-dessus des comptes de l'intercommunale, dont la Province est actionnaire majoritaire avec 53 % des parts - contre 47 % pour les communes. "Si on ne se réforme pas, on s'écrase", résumait son directeur général, Yves Bernard, lors de la présentation des comptes le 23 juin dernier.

L'indispensable réforme du réseau des hôpitaux du centre-sud de la province de Luxembourg, sur laquelle tous les observateurs s'accordent, doit-elle pour autant prendre la forme d'un nouvel hôpital condamnant les efforts entrepris à Arlon et Libramont pour tenir leur rang ? La question s'est immiscée dans toutes les strates de l'opinion publique. En juin dernier, plus de 3 000 personnes ont défilé dans les rues d'Arlon, la plus grande ville de la province (28 800 habitants), pour marquer leur désaccord face au projet du bi-site hospitalier, la structure de Marche-en-Famenne, où des investissements supplémentaires sont prévus, et le futur site Centre-Sud, qui doit être opérationnel pour 2025. Les opposants de Vivalia 2025 plaident de leur côté pour une spécialisation du secteur hospitalier à travers la complémentarité de trois structures existantes : Marche-en-Famenne (nord), Libramont (centre) et Arlon (sud). Le conseil d'administration de l'intercommunale a toutefois enterré cette éventualité le 16 juillet dernier, à l'occasion d'un large vote (27 voix sur 29) consacrant Vivalia 2025.

L'historique de ce dossier amène à se poser quelques questions. Pourquoi le plan initial, Vivalia 2015, qui prévoyait le maintien des trois sites de Marche, Libramont et Arlon et la réduction des soins dispensés à Bastogne, a-t-il finalement été abandonné au profit de l'organisation bi-hospitalière, traduite dans Vivalia 2025 ? Et en quoi l'élection de Benoît Lutgen à la présidence du CDH et l'entrée du parti humaniste au sein de la majorité provinciale aux côtés du PS ont-elles pu infléchir le projet en faveur d'une option plus favorable aux Bastognards ?

Contesté jusqu'au sein du CDH local, le plan Vivalia 2025 n'a en tout cas pas fini de susciter une foire d'empoigne.

Christophe Leroy

Lire l'intégralité de l'enquête sur le projet Vivalia 2025 dans Le Vif/L'Express de cette semaine.

En savoir plus sur:

Nos partenaires