Jean-Jacques Viseur se dit "serein mais furieux"

27/08/13 à 20:55 - Mise à jour à 20:55

Source: Le Vif

L'ancien bourgmestre de Charleroi Jean-Jacques Viseur (cdH) a réagi mardi aux réquisitions du parquet de Mons demandant son renvoi en correctionnelle pour prise illégale d'intérêts.

Jean-Jacques Viseur se dit "serein mais furieux"

© Image Globe

Bourgmestre pendant cinq ans lors de la précédente législature, Jean-JacquesViseur fait l'objet de poursuites dans le cadre du choix du cabinet d'avocats Bossard, à Charleroi, désigné pour étudier le dossier du projet "Rive gauche" d'aménagement de la Ville-Basse. Le fils de Jean-Jacques Viseur, Me François Viseur, avait collaboré à ce cabinet d'avocats, et selon le parquet, l'ancien bourgmestre avait favorisé pour cela le choix de ce cabinet.
Interrogé par l'agence Belga, Jean-Jacques Viseur a nié mardi toute prise d'intérêt. "Ni mon fils, ni moi n'avons eu un quelconque avantage financier à ce choix", explique-t-il, parlant d'un "dossier vide".

Pour lui, ce sur quoi s'appuie le parquet relève à la fois du "subjectif" et du "virtuel. "J'aurais choisi ce cabinet d'avocats pour aider la carrière de mon fils en son sein", mais, a-t-il ajouté, Me François Viseur, collaborateur occasionnel du cabinet Bossard, n'a jamais traité aucun dossier en rapport avec Charleroi.

L'ancien bourgmestre se déclare "serein mais aussi furieux" de ce qu'il estime être "la légèreté" du parquet. "De telles poursuites, sur de telles bases, permettent tous les amalgames et toutes les formes de populisme basées sur le 'tous pourris'", dit-il encore.

En savoir plus sur:

Nos partenaires