Indexation des salaires : on se trompe de cible, dénonce la FGTB

10/11/11 à 08:58 - Mise à jour à 08:58

Source: Le Vif

Les négociateurs pour la formation d'un gouvernement fédéral ne devraient pas toucher à l'indexation automatique des salaires, a prévenu ce jeudi la FGTB, menaçant d'une manifestation nationale voire d'une grève début décembre.

Indexation des salaires : on se trompe de cible, dénonce la FGTB

© BELGA

"Les solutions proposées ne sont pas les bonnes: toucher au pouvoir d'achat des travailleurs et allocataires sociaux donnera moins de consommation et d'activités économiques", a affirmé la secrétaire générale de la FGTB, Anne Demelenne, sur les ondes de Bel-RTL.

Toucher à l'indexation automatique des salaires est impensable à ses yeux. "En cinq ans, sur un salaire de 1.700 euros nets par mois, sans indexation, ces salaires auraient perdu 170 euros soit 10 pc, c'est énorme."

Il convient certes de résorber le déficit, mais "sans se tromper de cible", car c'est bien "la finance qui nous a mis dans cette situation", relève Anne Demelenne.

Plaidant pour un soutien à l'économie et à l'emploi via des investissements qui rapporteront à long terme, Mme Demelenne envisage aussi des pistes de recettes à travers une amélioration de la lutte contre la fraude fiscale (4 milliards d'euros), une taxation des revenus financiers à 24 pc (soit le même taux que sur les revenus du travail, ce qui rapporterait encore 4 milliards) et une réduction des "cadeaux fiscaux aux entreprises" (3 milliards). "Là, je viens de vous trouver 11 milliards", lance-t-elle, évoquant le montant à trouver au fédéral pour maintenir le budget de l'Etat 2012 à 2,8 pc de déficit.

Manifestations et grèves envisagées

Le rapport du Conseil central de l'Économie (CCE) pointant du doigt l'augmentation de l'écart salarial entre la Belgique et ses pays voisins doit être relativisé, selon le syndicat socialiste. "Les employeurs doivent être honnêtes et dire qu'ils touchent des subsides salariaux importants qui diminuent fortement cet écart", note Anne Demelenne.

Interrogée sur une réduction des mesures favorables aux voitures de société, la secrétaire générale la FGTB estime nécessaire de "remettre de l'ordre". "Mais pas question de toucher à certaines catégories de travailleurs pour qui les employeurs ont investi via une voiture de société plutôt qu'en augmentation salariale", prévient-elle.

Les syndicats ont programmé un rassemblement en front commun mardi au Heysel (Bruxelles) afin de livrer au futur gouvernement et aux employeurs leurs "propositions concrètes pour sortir de l'impasse". "Si nous ne sommes pas entendus, des manifestations sont prévues et cela pourra aller jusqu'à la grève. Nous envisageons une grande manifestation nationale début décembre", a averti Anne Demelenne.

Levif.be, avec Belga

Nos partenaires