Holding communal : toujours pas d'accord entre le fédéral et les Régions

14/10/11 à 16:42 - Mise à jour à 16:42

Source: Le Vif

Le fédéral et les trois Régions du pays ne sont pas parvenus à un accord avant le conseil d'administration du Holding communal. Ce sera donc à ce dernier de devoir trancher entre la proposition fédérale et une "contre-proposition" des Régions. Le comité ministériel restreint devraient à nouveau se réunir dans la soirée.

Holding communal : toujours pas d'accord entre le fédéral et les Régions

© ImageGlobe

"Le fédéral a présenté une solution qui n'était pas acceptable, car elle fait porter l'effort de manière déséquilibrée sur les Régions", ont affirmé les trois ministres-présidents régionaux, Rudy Demotte
(Wallonie), Kris Peeters (Flandre) et Charles Picqué (Bruxelles) à l'issue de la réunion de concertation.

Selon certaines sources régionales, le déséquilibre allait de un pour trois à un pour quatre. "Le fédéral joue sur l'urgence créée et a parié sur une liquidation du Holding", disait-on.

Du côté fédéral, le ministre des Finances, Didier Reynders (MR), a assuré que le comité ministériel restreint avait gardé une position unanime, sans préciser laquelle. "Le conseil d'administration doit maintenant prendre position", a-t-il commenté, rappelant qu'il ne détaillerait rien avant d'avoir une décision finale.

Le comité ministériel restreint devrait encore se réunir en soirée, vers 21h00, afin d'examiner la décision qu'aura prise le Holding

Irritation des Régions

Les ministres-présidents régionaux ne cachaient pas leur surprise, voire leur irritation pour certains, de constater que le fédéral n'avait pas entériné l'accord survenu jeudi soir sur le sort du Holding communal.

"Il y avait un accord technique au plus haut niveau hier soir, et ce matin il n'y a plus d'accord", a commenté, visiblement irrité, le ministre-président wallon, Rudy Demotte, flanqué des vice-ministres-présidents André Antoine et Jean-Marc Nollet, à leur arrivée au 16 rue de la Loi pour une rencontre avec le fédéral.

Cette solution, selon le site internet du Soir, prévoit que le fédéral achète pour 120 millions d'euros d'obligations à court terme dans le Holding communal afin de permettre à celui-ci de rencontrer ses besoins de liquidité jusqu'à fin novembre et d'éviter la faillite. De cette façon, Régions et fédéral disposeraient d'un laps de temps plus long pour trouver une solution structurelle.

"Je ne vois pas où vous avez vu un accord "

"Je ne vois pas où vous avez vu un accord", avait assuré pour sa part le ministre des Finances, Didier Reynders, une heure auparavant, à l'entame d'un second comité ministériel restreint de la journée. Il a reconnu que le fédéral était préoccupé de l'avenir des communes, qui risquent d'encourir de lourdes pertes sur leurs investissements dans le Holding.

Interrogé sur des objections juridiques qu'auraient soulevées MR et Open Vld, il a estimé qu'il fallait avant toute décision attendre celle du conseil d'administration du Holding, prévu en fin de journée. Les actionnaires doivent tous être traités de la même façon, a-t-il répété.

Les régions veulent éviter la faillite du Holding

Les Régions, elles, veulent éviter la faillite du Holding. M. Demotte a réclamé un "déblocage" dans l'intérêt commun, via une solution transitoire ou définitive. Le ministre-président bruxellois, Charles Picqué, a confirmé l'existence de l'accord de jeudi soir, battu en brèche vendredi matin lors d'un premier "kern".

Il a rappelé que c'était le fédéral qui avait "invité - et c'est un euphémisme - les Régions" à apporter leur garantie dans Dexia en 2008, et les communes à investir. "Le fédéral ne peut pas nous dire: 'Dexia, c'est notre affaire, débrouillez-vous avec le Holding'", a-t-il commenté.

Il faut désormais examiner les conditions de survie ou de liquidation du Holding, qui soient honorables pour chaque niveau de pouvoir. Le contexte est "très difficile", alors qu'un conseil d'administration du Holding était toujours attendu en fin de journée.
Pour le chef du gouvernement flamand, Kris Peeters, "le fédéral doit maintenant démontrer sa bonne volonté et faire un geste, afin de dégager une solution win-win" pour les différents niveaux de pouvoir.

Semblant confirmer l'opposition frontale fédéral-Régions, M. Reynders indiquait sur Twitter, quelques minutes après le début de la rencontre avec les Régions, que "le kern a une position unanime concernant le Holding communal" - sans préciser laquelle.

LeVif.be avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires