Elio Di Rupo lance un appel à la vigilance devant l'essor du radicalisme

29/01/14 à 12:11 - Mise à jour à 12:11

Source: Le Vif

Le Premier ministre Elio Di Rupo a profité mercredi des voeux présentés aux Corps constitué pour lancer un appel à la vigilance devant l'essor du radicalisme au sein de la société belge.

Elio Di Rupo lance un appel à la vigilance devant l'essor du radicalisme

© Image Globe

"La combinaison des différences est une richesse et une plus-value pour notre pays. J'en appelle donc à la plus grande vigilance. Nous ne pouvons pas accepter que certains se répandent en propos ou attitudes racistes, antisémites ou xénophobes", a-t-il déclaré.

Le Premier ministre mis en avant la lutte contre les inégalités qui a, dit-il, connu des succès évidents au cours des décennies passées. Pourtant, à l'entendre, trop d'inégalités subsistent encore qui pourraient "nous conduire à une évolution fâcheuse, une évolution qui nous éloignerait d'une société harmonieuse et qui nous rapprocherait d'une série de micro-sociétés fermées". Et d'ajouter: "nous ne pouvons accepter que le radicalisme et la haine mettent en question notre Etat de droit".

A ces dérives qu'il pointe du doigt, M. Di Rupo veut opposer d'abord l'Etat de droit et l'autorité de l'Etat, notamment par les lois qui sanctionnent les discriminations et la diffusion d'idées fondées sur la haine, mais appelle aussi chacun "à se mobiliser en tant que démocrate".

En ce début d'année électorale, le chef du gouvernement a rappelé les réalisations engrangées ces derniers temps, dont la réforme de l'Etat. Thème également évoqué par le roi Philippe, dont c'était le premier discours devant les corps constitués. Le chef de l'Etat a dit son espoir de reprise économique devant l'année qui s'ouvre.

"J'entame cette nouvelle année plein d'espoir. Avec les élections en mai, notre pays va à nouveau se ressourcer. Il récoltera les fruits de la récente réforme de l'Etat. Par le retour progressif de la croissance, notre économie pourra produire à nouveau prospérité et bien-être. Tirons-en parti, ensemble", a-t-il dit.

Nos partenaires