Du changement autour de la table des négociations

17/10/11 à 17:11 - Mise à jour à 17:11

Source: Le Vif

Il y a du changement autour de la table des négociations en ce lundi : après l'exclusion des verts, deux femmes quittent la table des négociations. Joëlle Milquet et Caroline Gennez laissent respectivement leur place à Benoît Lutgen et Bruno Tobback. Les "deux petits nouveaux " n'auront pas le temps de chômer puisqu'Elio Di Rupo et les six présidents de partis doivent trouver 10 milliards pour respecter l'objectif de déficit budgétaire de 2,8% du PIB auquel ils s'étaient astreints pour 2012

Du changement autour de la table des négociations

© Belga

Le formateur Elio Di Rupo et les six présidents de parti sont arrivés l'un après l'autre peu après 13 heures. Il s'agit de la première réunion à six partis. Sans les verts et avec deux femmes en moins

Ecolo et Groen!, qui ont participé aux négociations institutionnelles, ne participent pas à la formation du gouvernement. Le formateur a dû constater jeudi qu'il n'existait pas de consensus pour continuer à huit partis. L'Open Vld, mais aussi le CD&V, ne voulaient pas de Groen! auquel Ecolo avait lié son sort. Deux femmes quittent également la table des négociations puisque Joëlle Milquet, pour le cdH, et Caroline Gennez, pour le sp.a. laissent respectivement leur place à Benoît Lutgen, le nouveau président du cdH et Bruno Tobback le nouveau président des socialistes flamands .

"On ne trouve pas 10 milliards d'un coup de baguette magique "

Les négociateurs doivent trouver quelque 10 milliards d'euros pour respecter l'objectif de déficit budgétaire de 2,8% du PIB auquel ils s'étaient astreints pour 2012. Chaque parti a été invité par le formateur à venir lundi avec des propositions. A son arrivée à la présidence de la Chambre, le président du MR Charles Michel a indiqué lundi qu'il attendait du formateur qu'il présente "au plus vite" une note chiffrée actualisée sur base de laquelle on pourrait travailler "avec diligence". Il a annoncé le dépôt d'"amendements substantiels" à la note de base du formateur. Ils viseront notamment à "protéger les travailleurs et leur portefeuille", a-t-il dit.

Le président du cdH Benoît Lutgen souhaite que chacun se montre "volontariste" sur le budget de manière à épargner les générations futures qui risquent sinon de payer les conséquences de l'endettement. M. Lutgen a par ailleurs rappelé le contenu de ses propositions visant à améliorer le pouvoir d'achat et l'emploi. Il a appelé à travailler rapidement. "J'espère que tout le monde prendra la mesure de l'urgence", a-t-il dit.

D'autres comme Bruno Tobback ont également appelé à travailler rapidement. Ce dernier a cependant indiqué ne pas croire que les discussions budgétaires puissent être conclues dimanche. C'est aussi le cas du président de l'Open Vld, Alexander De Croo. "La situation est très sérieuse. Il faut aller vite mais surtout agir correctement. Il faut éviter toute précipitation même si la pression des agences de rating est là. Nous avons négocié l'institutionnel en profondeur, faisons la même chose pour le socio-économique", a-t-il dit.

M. De Croo a également souligné que 10 milliards d'euros, cela ne se trouve pas d'un coup de baguette magique. "Il ne faut pas raconter des fables aux gens", a-t-il dit.
Le président du CD&V, Wouter Beke, a pour sa part mis en avant l'importance d'avoir un budget "crédible" vis-a-vis des marchés financiers internationaux et des instances européennes tout en appelant à une grande réforme socio-économique.

Après le lapin, le thermomètre

Le formateur est arrivé, porteur d'un cadeau pour la naissance du deuxième fils d'Alexander De Croo, président de l'Open Vld. Elio Di Rupo a fait son choix sur la liste de naissance prévue par ce dernier. Il a opté pour un thermomètre et une lampe. Il s'agit de la deuxième naissance en une semaine pour un négociateur, l'épouse de Wouter Beke ayant également accouché il y a huit jours.


LeVif.be avec Belga

Nos partenaires