Discrimination : plus de 4.000 signalements en 2011

22/05/12 à 21:45 - Mise à jour à 21:45

Source: Le Vif

Le Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme a reçu plus de 4.000 signalements pour discrimination l'an dernier, en hausse de 15 % par rapport à 2010. Les critères raciaux se taillent la part du lion, avec le handicap et les convictions religieuses.

Discrimination : plus de 4.000 signalements en 2011

© Image Globe

La division "discrimination" du Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme a reçu 4.162 signalements en 2011, soit une augmentation de 15 % par rapport à 2010 (notamment en raison des 609 signalements reçus pour les propos tenus par Sharia4Belgium), a indiqué mardi le Centre qui présentait les chiffres de son rapport annuel lors d'une conférence de presse.


Parmi ces signalements, 1.351 ont fait l'objet de l'ouverture d'un dossier, dont 1.277 (94,5 %) présentaient un rapport avec au moins un des motifs de discrimination pour lesquels le Centre est compétent.


Les critères de discrimination sont majoritairement raciaux (39,8 %), liés à un handicap (19,7 %) et aux convictions religieuses (14,1 %). Suivent l'âge (7 %), l'orientation sexuelle (6,3 %), l'état de santé (4,3 %), la fortune (4,3 %) et l'appartenance politique (1,5 %).


"Les chiffres sont quasi identiques à l'année 2010, les critères du handicap, de la religion et de l'orientation sexuelle étant proportionnellement en légère augmentation, entraînant un recul des critères dits raciaux", relève le Centre.


Le CECLR souligne par ailleurs que le "visage" du racisme évolue du "classique" (fondé sur les critères de prétendue race ou de couleur de peau) vers des signalements davantage tournés vers la multiculturalité, l'antisémitisme, l'islamohophie, etc.


Médias : incitation à la haine sur Internet


Les secteurs principalement concernés sont les "biens et services" (25,7 %, principalement dans le logement), l'"emploi" (25,3 %), les "médias" (19,4 %) ainsi que l'"enseignement" (9 %, en augmentation de 40 % par rapport à l'année dernière).


Le premier secteur concerne essentiellement les personnes avec un handicap (près de 32 %). Le Centre s'est vu attribuer, en 2011, une nouvelle compétence de suivi de la Convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées. "La Belgique n'est toujours pas une société inclusive, indique Edouard Delruelle, directeur adjoint du CECLR. Il persiste des problèmes d'accès pour les personnes handicapées en raison de refus d'aménagements raisonnables. L'on fait donc encore face à de grands manquements qui sont des motifs de discrimination."


"Les discriminations dans le secteur de l'emploi touchent plus particulièrement les personnes d'origine étrangère (36 %) mais également les personnes handicapées (19 %) et des candidats travailleurs jugés trop âgés", souligne le CECLR qui précise que l'on remarque ces discriminations essentiellement lors de l'embauche ou au niveau des relations de travail.


Par rapport aux médias, l'on remarque essentiellement des dossiers d'incitation à la haine, à la violence et à la discrimination, sur Internet, où un forum sur dix est lié à la presse. 93 % des signalements concernent les critères raciaux ainsi que les convictions religieuses.


CECLR : le dialogue avant la justice


Le Centre privilégie d'abord le dialogue aux démarches judiciaires. Celles-ci (moins de 1 % des dossiers) ne sont entamées que lorsque l'affaire présente un haut niveau de pertinence pour la société, lorsque les faits sont particulièrement graves ou lorsque l'autre partie refuse le dialogue.


En 2011, le Centre a décidé de saisir le tribunal dans 16 dossiers "discrimination" : cinq procédures civiles et onze affaires pénales. Par ailleurs, 32 plaintes ont également été déposées.


Le Centre est par ailleurs convaincu de l'existence d'un sous-rapportage des faits problématiques. Le développement d'un réseau de partenaires locaux en Région flamande et wallonne, repris dans le Plan stratégique triennal 2011-2013, devrait contribuer à réduire ce phénomène.


LeVif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires