Dieudonné, Alain Soral et consorts seront-ils interdits de colloque à Bruxelles?

30/04/14 à 19:39 - Mise à jour à 19:39

Source: Le Vif

La ministre de l'Intérieur, Joëlle Milquet, est en contact depuis plusieurs jours avec les services concernés par l'annonce d'un congrès rassemblant à Bruxelles plusieurs personnalités connues pour leur antisémitisme, a-t-elle indiqué à la suite d'une conférence de presse du député-bourgmestre d'Etterbeek, Vincent De Wolf.

Dieudonné, Alain Soral et consorts seront-ils interdits de colloque à Bruxelles?

© Reuters

"Ce dossier est donc bien géré et pris en main de manière claire, collective et cohérente depuis le début sans qu'il faille à ce stade faire d'autres commentaires publics qui ne peuvent être que contreproductifs en tout point", a-t-elle indiqué à l'Agence Belga.M. De Wolf (MR) a appelé mercredi le gouverneur de Bruxelles à prendre un arrêté d'interdiction de cette manifestation couvrant l'ensemble du territoire régional. Les organisateurs du colloque ne communiqueront le lieu de celui-ci qu'au dernier moment, ont-ils annoncé. De cette façon, ils empêchent les bourgmestres bruxellois de prendre un arrêté préventif d'interdiction.

Cette manifestation baptisée "1er Congrès européen de la dissidence" est organisée par une librairie installée à Uccle et le parti "Debout les Belges" du député Laurent Louis déjà poursuivi par la justice pour calomnie et diffamation ainsi que pour la publication de pièces tirées du dossier d'instruction de Marc Dutroux.

Plusieurs orateurs sont annoncés, issus de courants de l'extrême-droite catholique, musulmane ou panafricaine. Certains ont déjà eu maille à partir avec la justice française: l'humoriste Dieudonné, Alain Soral (se définissant comme un national-socialiste à la française et considéré comme l'éminence grise de Dieudonné) ou encore Kémi Séba (condamné à plusieurs reprises pour provocation à la haine raciale et dont l'organisation "Tribu Ka" a été dissoute en 2006 à la suite d'une descente dans le quartier juif de la rue des Rosiers à Paris).

Le gouverneur n'a pas encore donné suite à la demande de M. De Wolf. Il attend notamment de voir quelles initiatives pourrait prendre la ministre de l'Intérieur. De son côté, le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort a précisé qu'une concertation entre les zones de police de la Région pourrait avoir lieu et déboucher sur un arrêté d'interdiction couvrant l'ensemble du territoire bruxellois.

Dans les communes, outre M. De Wolf, le bourgmestre de Watermael Boitsfort, Olivier Deleuze (Ecolo), s'est déjà manifesté. Si la réunion devait se tenir sur le territoire de sa commune, il fera "tout ce qui est en son pouvoir pour l'empêcher", a-t-il indiqué."J'applique la doctrine Valls", a-t-il ajouté en faisant référence à l'ancien ministre français de l'Intérieur auteur d'une circulaire préconisant l'interdiction d'un spectacle de Dieudonné pour troubles à l'ordre public.

La Ligue belge contre l'antisémitisme a alerté les 19 bourgmestres des communes bruxelloises de la tenue de ce congrès. Elle leur a adressé un florilège des déclarations de quelques uns des orateurs prévus au contenu explicitement antisémite en leur demandant de prendre les dispositions utiles à l'interdiction de cette manifestation. "Je ne peux envisager que, dans ma ville, ait lieu le premier congrès antisémite depuis la fin de la deuxième guerre mondiale", a déclaré le président, Joël Rubinfeld.

En savoir plus sur:

Nos partenaires