Didier Gosuin (FDF) : "la soupe idéologique PS-cdH-Ecolo-MR a le goût amer du renoncement"

09/10/11 à 12:40 - Mise à jour à 12:40

Source: Le Vif

Ce dimanche a eu lieu le premier congrès des FDF depuis qu'ils ont quitté le MR, il y deux semaines. Les militants ont répondu en nombre à l'invitation de leur président Olivier Maingain.

Didier Gosuin (FDF) : "la soupe idéologique PS-cdH-Ecolo-MR a le goût amer du renoncement"

© Image Globe

Didier Gosuin, chef de file des FDF au parlement bruxellois et bourgmestre d'Auderghem, a été le premier à alimenter le feu des critiques envers les partis autour de la table des négociations qui viennent de boucler la sixième réforme de l'Etat

"Respecter la parole donnée aux électeurs, ce n'est certainement pas être extrémiste. Les FDF ne le sont pas. Ça suffit de nous stigmatiser parce que nous exprimons une opinion différente de la pensée unique, de cette soupe idéologique PS-cdH-Ecolo-MR qui contient aujourd'hui tellement d'ingrédients qu'elle n'a plus aucun goût si ce n'est le goût amer du renoncement", a-t-il lancé, applaudi à de nombreuses reprises par les 600 participants au congrès.

Il a souligné que les autres formations enviaient la sienne pour la cohérence dont elle fait preuve: "Les autres, ce sont celles et ceux qui depuis 4 ans promettent d'élargir Bruxelles en cas de scission de BHV, qui ne sont demandeurs de rien mais qui ont accepté le chantage immonde qui consiste à imposer une réforme de l'Etat comme préalable à la formation d'un gouvernement".

Pour lui, avec un peu de conviction de la part des francophones autour de la table, "les nationalistes flamands n'auraient pas eu le beurre, l'argent du beurre. Hélas, ils auront cela et le sourire de la crémière lorsque dans quelques temps, de nouvelles exigences flamandes seront mises sur les tables des négociations", a-t-il prédit.

Un pas de géant vers le précipice, selon Maingain

Olivier Maingain a ensuite posé quelques balises pour l'avenir de la Wallonie et de Bruxelles qui doivent se préparer à vivre sans mécanismes de solidarité financière. "Nous avons pris collectivement la décision de reprendre notre autonomie car nous sommes convaincus que les circonstances politiques que nous
vivons sont comparables à celles qui ont justifié la création du FDF, a-t-il dit.

Pour le président du FDF, le fédéralisme en Belgique a été mis à mal "au point d'être anéanti par le nationalisme flamand et par la gestion publique désastreuse du sud du pays".

De ce qu'il sait des accords institutionnels, il a dénoncé le renoncement au mécanisme de solidarité financière entre entités fédérées d'ici 10 ans, ce qui, avec le renoncement à une circonscription fédérale unique et le début du démantèlement du caractère fédéral de la sécurité sociale est "un pas de géant vers le précipice et une profonde division dans le pays".

Dans ce contexte, parlant de nécessaire révolution copernicienne de la gestion publique, Olivier Maigain a posé les jalons des options que défendront les Fédéralistes Démocrates Francophones pour préparer la Wallonie et Bruxelles à cette échéance.

Il faudra faire en sorte qu'un euro dépensé ait un effet multiplicateur pour relever les défis de la qualité de la formation et de l'enseignement, le haut niveau de recherche scientifique et le soutien à la création de PME. "Il faudra aussi sabrer dans les dépenses publiques qui entretiennent des structures politiques sans efficacité et rationaliser le paysage politique wallon et bruxellois", a-t-il ajouté.

Un congrès doctrinal le 15 janvier pour redéployer le parti

Les FDF tiendront un congrès doctrinal le 15 janvier prochain. "Ce congrès nous permettra de redéployer le parti et apportera notre réponse aux grands enjeux socio-économiques, sociétaux et institutionnels qui attendent les Wallons et les Bruxellois" a précisé Olivier Maingain dans son allocution de clôture.

A ses yeux, il s'agit de mieux affirmer l'identité de fédéralistes et de réformateurs sociaux de la formation amarante. Pour préparer ce congrès, des groupes de réflexion internes vont être mis en place dans les prochains jours.

Le Vif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires